Les chiens aboient, la caravane passe – Eric-Emmanuel Schmitt et Caroline Piochon

Quand on est différent, les autres ne veulent pas être vu en leur compagnie. Alors pourquoi ne pas se mettre ensemble pour prouver qu’ils ont aussi de la ressource à vendre. Ce pas forcément les plus médisants qui ont raison.

4ème de couverture
A Toutouville, c’est bientôt la parade de l’école. Comme chaque année, Moustique, Batavia, Goliath, Pomponnette et Pataud restent à l’écart. Mais Figaro le chien voyageur veut changer les choses.

Mon avis
Eric-Emmanuel Schmitt met à nouveau sa prose au service d’une série jeunesse. Dans la collection « il était un dicton », il explique l’expression « Les chiens aboient, la caravane passe ». Un exercice de style pas si facile quand on y réfléchit. Pour y arriver, il prend un chemin détourner pour parler aussi de solitude, de différence et de solidarité. Figaro, le chien voyageur, va mettre sa gentillesse et sa bienveillance au service de ceux laisser pour compte pour la parade de l’école. Puisque personne ne veut d’eux car chacun à des particularité visible autant qu’ils se réunissent. Malgré les tentatives de dissuasions des autres, tous vont s’entrainer, se retrouver et défiler. A la surprise de tous, ils sont épatants. L’équipe qui se nomme « La Caravane des Pattes Cassées » comprend le véritable sens de ce nom. Est-ce que le jeune lecteur comprend s’il n’a jamais entendu l’expression d’origine? J’en doute un peu. Dans le doute, à la dernière page c’est dit de façon limpide. Le récit reste très accessible même si le dicton ne l’est pas tout de suite. Caroline Piochon propose un très jolie travail graphique très dynamique dans le mouvement et les couleurs. C’est un plaisir de tourner les pages. En plus, le petit jeu où il faut trouver le petit crabe sur chaque double page permet de mieux regarder et de travailler sa perception de l’espace. Une façon de permettre aux enfants de s’approprier l’objet livre qui va au-delà d’une simple histoire.

Un petit livre efficace et positif qui incite à faire ce que l’on veut qu’importe les cancans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s