Dans l’ombre du mont Blanc – Alice Chemama

On rencontre parfois la montagne et on a un coup de coeur. Alice Chemama eu ce déclic qui s’est même concrétisé par un projet artistique. Au final, une fois que l’on y a pris goût, il y a un toujours une saveur de reviens-y.

Une fugace passion pour la montage l’effleura lorsque ces parents l’ont emmené enfant lui faire découvrir la neige. A 20 ans, son amoureux de l’époque tente de lui montrer les plaisir de la glisse avec des skis. Rupture directe aussi bien pour la pratique sportive qu’affective. Pourtant, une fascination commença pour ces sommets. Quelques années plus tard, nouvelle tentative cette fois-ci individuelle qui échoue encore. « Vaillante pourtant, je me fais embaucher l’année suivante dans une colo de « ski d’été » et décroche ma première étoile parmi les enfants, à 22 ans ». Le hasard professionnel l’amènera à réfléchir à l’espace selon qui et où habite. En septembre 2019, sa candidature est retenu pour une résidence en Haute-Savoie, dans la vallée de l’Arve. L’industrie horlogère était florissante comme le prouve le musée. « En 1844, un incendie ravage la ville de Cluses et ses nombreux ateliers, aggravant la crise horlogère. » Et pour relancer l’économie locale, est créé une école royale d’horlogerie. En 1890, la technologie avance et il faut évoluer avec. La première guerre mondiale permet l’essor de l’industrie de décolletage. Un positionnement judicieux puisque la vallée est encore leader mondial. Janvier 2020, l’aventure débute vraiment pour Alice Chemama entre les mythes locaux et les évènements, pas le temps de s’ennuyer. Jusqu’à l’arrivé de la pandémie, qui offre la possibilité de parler des accidents d’avion, de morts de secouristes… Par chance, des drames émergent une vraie réflexion sur le secourisme en altitude. Le patrimoine local s’habille aussi de légendes plus horribles les unes des autres et de récits de locaux qui ont l’habitude du paysage atypique. Une immersion au plus proche se réalise et provoque quelque chose de fort. Au final, elle a eu un vrai coup de coeur qui a fait plaisir au moral surtout au vue des restrictions sanitaires.

Alice Chemama possède un style graphique bien à elle avec le jeux des couleurs, des formes et des textures tout en restant réaliste. Elle maîtrise le sujet puisqu’il s’agit d’une histoire personnelle. Une réflexion sur son travail et sa relation à la montagne. Tout l’y ramène donc il faut forcément écrire dessus. Et derrière les sommets se trouvent des êtres humains avec leur passé si riche et un avenir très différent. La dessinatrice partage son vécu avec beaucoup d’humour et de réalisme. Elle nous montre ces recherches sur Google, sur Wikipédia, les articles en ligne qu’elle lit, les vidéos qu’elle regarde. Chaque étape de travail nous est dévoilé simplement, honnêtement et avec autodérision. Le lecteur est une forme de confident ami à qui elle dit tout, ses découvertes comme ces déceptions. Elle arrive à communiquer sa passion, son enthousiasme et son énergie. Son projet n’aboutira pas vraiment car elle aussi devient une victime du coronavirus. Coincée à Paris chez elle, son imagination lui permet de raconter d’autres actualités du passé pas souvent positives ainsi que des contes et légendes. Une façon élégante de passer aussi bien du genre documentaire que témoignage. Qui a dit que l’on ne pouvait pas sérieusement parler d’une zone géographique avec facétie, sagesse et raison? Dans le cadre de la montagne, on a réfléchit à comment mieux prévenir et secourir. L’artiste pose une question très pertinente qui résonne encore aujourd’hui : « Et nous, qu’est-ce qu’on va retenir du Covid? »Pour l’instant, on ne peut rien encore dire puisque que nous ne sommes toujours pas en sortie de crise. Au moins, on peut lire une bande dessinée audacieuse et qui change les idées. Eventuellement, quand on pourra de nouveau respirer avec quiétude l’air de la montagne nous apportera réconfort et rêverie. Qui sait?

Une bande dessinée sympathique qui change les idées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s