Evo – Une histoire de gamers – Tome 1 – Connexion – Alain T. Puysségur et Grelin

Trouver sa place n’est jamais évident. Par chance, parfois on intègre une équipe et tout change. La destinée se trouve peut-être sur un clavier d’ordinateur.

C’est la finale à la League of ancient defense world championship et le public est très enthousiaste. Le match va opposer l’équipe coréenne Stark à celle américaine Renzokuken. Sans surprise l’équipe d’e-sport leadeuse gagne. « C’était un match de fou! ». Matt doit rentrer au collège-lycée et l’appréhension est au rendez-vous. Assez vite, il rencontre Louis qui partage la même passion que lui. « Le switch entre le top et le bot en milieu de partie, du génie! ». Puis après quelques parties en ligne, une proposition éclot : et s’ils jouaient ensemble dans la team Evo? Les autres sont des élèves ordinaires comme lui ou presque. La pression est au rendez-vous quand d’autres gamers viennent les provoquer. Il va falloir se préparer car la compétition est dans trois mois. L’entrainement quotidien devient nécessaire surtout si l’objectif est de devenir professionnel. Toutefois cela ne veut pas dire qu’il faut faire ça jour et nuit. « Le meilleur moyen de t’épuiser et nous planter! Bordel, Louis, mais qu’est-ce que t’as foutu! ». Et surtout il ne faut pas paniquer à l’approche du tournoi intermédiaire diffusé en ligne. Heureusement qu’il n’y a aucun enjeu. Mais cela fait une bonne piqure de rappel que rien n’est jamais acquis sans travail et sans équipe. Etre là les uns pour les autres est une force dont il ne faut pas négliger l’importance. Le jour J, tout va se jouer contre les Azuka’s strike. Leur avenir va surement prendre un autre chemin à ce moment.

Quelle bonne idée de faire une bd sur le monde du e-gaming. Même le gouvernement en retard sur les économies à fort potentiel à miser là-dessus. Aucun doute que les joueurs parfois occasionnels vont adorer retrouver leur univers en bulle, en couleur et en texte. En plus, comme dans le vrai monde, la diversité est au rendez-vous. Les chiffres le prouvent les gameuses ne sont pas en reste contrairement à l’imaginaire collectif. Les nanas sont partout maintenant et par conséquent derrière un clavier ou/et être la boss de l’équipe. Autre élément important qui est souligné est l’importance de faire des pauses et ne pas jouer non-stop en ne quittant jamais son écran. Garder un lien avec le monde réel est nécessaire aussi bien à la qualité du jeu que son équilibre psychologique. Un des personnage souffre de phobie sociale et scolaire ce qui rend toute interaction difficile. « La foule lui provoque d’énormes crises d’angoisse ». On vous recommande d’ailleurs l’excellente bd « Nowhere girl » de Magali Le Huche sur le sujet. Un mal peu connu dont souffre de nombreux adolescent.e.s. C’est important d’évoquer cela sans stigmatisation. D’autant plus que cela ne veut pas dire ne pas avoir d’amis, ni de ne pas avoir d’activités. La preuve puisqu’elle va mener son équipe avec acharnement et bienveillance. Ensemble ils vont dépasser leur espérance. Un premier vers la professionnalisation car l’aspect d’avoir un emploi rémunérateur est en trame de fond. On peut trouver un moyen de mêler plaisir et travail. Un récit cohérent qui va à merveille avec le graphisme assez standard qui va ravir le lectorat.

Une bd dans l’air du temps qui a su se montrer intelligence et captivante. Un petit bijou dans la bd jeunesse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s