Trajectoire de femme – Erin Williams

Le quotidien est une succession de sombres moments. Et pour mieux se cacher la vérité, il vaut mieux la noyer dans l’alcool et des partenaires sexuels éphémères. Parfois, se fait un déclic et tout change.

Erin Williams décide pour son premier roman graphique de se dévoiler sans tabou, sans mensonge, sans hypocrisie. Elle vit à New-York et avant d’être mère, c’était presque chaque jour le même rituel. On jette un coup d’oeil à Instagram sur la fiction de la perfection des autres. Après ce moment de cafard, passage aux toilettes où la constipation demeure compagne d’inconfort. Mais avant de partir, une séance de ravalement de façade s’impose. Puis balade du chien dans le quartier avec le passage devant cette étrange maison vide entretenue avec un van qui s’arrête tous les matins devant. Etrange. Maintenant, c’est bon, c’est le moment du départ. Une tasse de thé dans la cuisine et l’autre à emporter pour le trajet en train pour la banlieue de Manhattan. Un instant où la lecture s’accompagne d’une boisson chaude et tout s’efface autour. Chaque matin, toujours les mêmes têtes et parfois toujours les mêmes comportements à la con. Parfois des visages aperçus, aussi bien sur les quais que dans la rue ,évoquent de biens mauvais souvenirs avec un certains nombres d’ex. Combien de conneries n’a t’elle pas fait surtout sous alcool? C’était avant ce déclic qui a impulsé le changement de vie. Fini l’alcool, le café, la souffrance, le mal-être permanent. Il faut accepter ce corps, ce qu’il a subi pour avancer. Les mots doivent être dit pour se libérer et devenir la personne que l’on veut devenir surtout pour le bien de sa progéniture.

« Le corps se souvient de choses que l’esprit préférait oublier. Je me bats toute la journée pour maîtriser mon corps, en public comme en privé. Pour contrôler la manière dont les autres me touchent, me regardent. Pour savoir quand je peux chier et quand je dois me retenir. Pour manger sans risquer de devenir grosse et indésirable. Mon esprit aimerait oublier ce que c’est d’être considérée comme un corps inerte, une série de trous. Mais le corps et ses colonies sont dévorés de besoins. Le nier, c’est nier sa propre humanité. »

Quand on a vécu un passé lourd empli de souffrance, parfois on a envie d’en parler. Et pour marquer son changement de vie Erin Williams a ressenti le besoin de partager. Une transition qui a été longue et difficile. Il a déjà fallu mettre des mots sur les viols qu’elle a subi, les accepter et dire adieu à la culpabilité qui l’accompagne. Elle a subi des agressions ce qui ne remet pas en question sa personne ou sa qualité humaine. Il faut accepter cela pour tourner une page. En comprenant cela, arrêter de se faire souffrir avec ces partenaires sexuels violents, misogynes, étranges… D’autant plus quand on les cherche, les provoque toujours sous un effet anesthésiant de l’alcool. Une rencontre, une image, une idée et un déclic vient et tout peut changer. « Soyez le changement que vous voulez voir ». Cette bd est aussi à l’image d’un courant où la parole des femmes devient plus libre et plus entendable. Les abus sexuels ne doivent plus être quelque chose de normal et d’acceptable. Derrière se trouve des victimes détruites qui veulent être transparentes. Erin Williams donne un témoignage fort de ces épreuves qu’elle a vécu. Mais le message est positif car elle a fait le choix d’un nouveau départ qui se fait en plus avec un enfant. Une nouvelle force la pousse à être la femme qu’elle veut être. Dans un style graphique totalement libre, hors de toute convention, elle se permet de tout dire et de tout montrer. Une liberté de penser, de dénoncer, de témoigner et de montrer sa renaissance.

Une bd percutante à mettre entre toutes les mains des femmes en souffrance pour leur insuffler de l’espoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s