Radium girls – Cy

Après la première guerre mondiale, il n’est pas toujours facile de trouver un bon travail rémunérateur. Des femmes vont trouver leur place à l’United State Radium Corporation. Le bonheur sera t’il à l’heure?

Direction New Jersey en 1918 où l’on va rencontrer une bande de copines. Elles sont toutes ouvrières à l’United State Radium Corporation, une usine qui fournit l’armée en montres. Leur travail consistait à peindre les heures sur des cadrans avec une peinture un peu particulière. Elles prenaient chacune un pinceau qu’elles mettaient à leur bouche. La peinture Undark est une substance luminescente très chère qu’il faut utiliser avec parcimonie. Elle est aussi très spéciale car le soir Katherine, Mollie, Albina, Quinta et les autres brillent dans le noir. Ce qui parfois s’annonce un peu gênant au cinéma. D’ailleurs, on les surnomme les « Ghost Girls ». Un médecin leur a dit qu’il fallait éviter de mettre le pinceau à la bouche. Toutefois la direction les rassure en disant qu’elles ne risquent absolument rien. A un moment, une tombe malade, mal de dent, mal de pieds…. puis une autre et encore une autre… Que se passe t’il?

La dessinatrice Cy a fait preuve de beaucoup d’audace en choisissant cette histoire. Elle est assez significative car elle a modifié le droit du travail aux Etats-Unis. L’entreprise ne peut plus mettre en danger la santé des salariés lorsqu’elle connaît la dangerosité des produits ou pratiques. Un changement radical dans la démarche de santé et sécurité au travail. Toutefois, est-ce que cela est bien appliqué? C’est un autre sujet. Ce qui peut paraître étonnant c’est l’utilisation du radium. Toutefois, durant l’entre-deux-guerres, les propriétés curatives, énergétiques, phosphorescentes du produit a suscité un engouement sans précédent. On en trouvait dans des produits de beauté, poudre pour fesses de bébé, crème rajeunissante… Un progrès scientifique qui a fait beaucoup de victimes directes et indirectes. Ce n’est pas Marie Curie qui dira le contraire. Un choix judicieux qui remet en lumière un fait historique souvent méconnu. La créatrice propose un magnifique univers graphique singulier réalisé aux crayons de couleurs. Cela donne un aspect plus véridique et plus authentique des faits. La gamme chromatique se montre judicieuse qui sait retranscrire l’esprit année folle. Tout est pesé avec précision ce qui montre la dextérité et le talent de Cy. Vous l’aurez compris. Ne passez pas à côté de cette palpitante et touchante bd.

Une bd qui rend hommage au 9ème art et dont il serait dommage de passer à côté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s