Maïana – Le calendrier de l’avent – Carbone et Pauline Berdal

Noël arrive à grand pas. Quel plaisir de trouver un calendrier de l’avant à déguster chaque jour. Surtout quand il y a un l’intérieur un petit cadeau très personnel.

Quel plaisir de rentrée à la maison après une longue journée à l’école. La satisfaction est d’autant plus grande quand un cadeau à votre son nom vous attend. Ce n’est pas n’importe quel présent. C’est un calendrier de l’avant avec de délicieuses truffes au chocolat. Le petit plus se trouve dans le message à l’intérieur de chaque gourmandise. Mais qui a pu avoir cette gentille attention ? Si ce n’est pas mère, ni son beau-père, est-ce alors son futur amoureux ? Quel régal au quotidien de lire les messages qui correspondent étrangement à ce qu’elle vit. Elle y découvre : « L’amour c’est comme un bisou, ça réchauffe les joues et le cœur » ou « L’amour c’est comme une photo oubliée, il faut la regarder pour voir le chemin parcouru ». Maïana prend très au sérieux cette petite phrase qui l’inspire au jour le jour. Ainsi elle se les remémore aussi bien quand elle prend confiance en elle pour se lancer dans son solo de danse ou pour approcher un garçon qui lui plaît. Une occasion aussi de poser des questions sur son papa qu’elle n’a jamais connu. Sa mère s’était préparée à cela et lui donne une photo d’eux deux, amoureux. Elle aimerait connaître son papa. Peut-être que son vœu se réalisera ?

La couverture met en appétit de cette lecture. Déjà, un prénom singulier : Maïana en gros, au milieu et en brillant. Puis juste en dessous, une jeune fille à la chevelure flamboyante, qui a l’air heureuse. Elle tient dans ces mains un paquet d’où des chocolats, eux aussi brillants, s’envolent. Nous voilà intrigué. Quel lien y a-t-il entre la demoiselle et les papillotes ? Au fur et à mesure, des petits indices nous sont donnés et tout tourne autour de l’amour. Et de l’Amour l’adolescente n’en manque pas au quotidien, ni par sa mère, ni par son beau-père, ni son demi-frère ou ni par ses amies. Elle fait partie d’une famille recomposée qui est heureuse. Pas besoin de partager les mêmes gênes pour montrer de l’attention et l’affection sincère. Mais une réponse manque pour que l’adolescente se sente bien, qui est son père ? Une petite quête qui va lui permettre d’avoir une réponse et d’avoir encore plus d’amour. L’angle très positif et bienveillant apporte un véritable plus dans la lecture. Les uns font attention aux autres en mettant de côté les guerres d’égo. D’autant plus que le dessin de Pauline Berdal, qui réalise son premier album bd, contribue à cet esprit plein de douceur. Un vrai régal pour les yeux. Un travail raffiné qui n’est pas sans rappeler « Les carnets de Cerise » d’Aurélie Neyret. Carbone qui nous a déjà émerveillé avec son scénario de « La boîte à musique » signe à nouveau un travail plein de tendresse, d’humour et de pédagogie.

Un très jolie album jeunesse qui saura redonner le sourire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s