Les carnets de Cerise et Valentin – Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Embarquement immédiat pour un voyage interstellaire où l’imaginaire est l’unique maître à bord. Une rencontre avec des extraterrestres qui emmène deux agents, Cerise et Valentin, sur le chemin des sentiments. Une mission importante pour un nouveau départ.

Cerise n’est plus la jeune enquêtrice qui revenait tranquillement le soir retrouver sa maman à la maison. Maintenant, il faut prendre un nouveau départ car elle a un demi-frère qu’elle aime beaucoup. Recomposer une famille n’est pas si facile. D’ailleurs, Valentin ressent la peur face à tous ces changements dans sa vie. Il s’isole de son côté alors qu’ils doivent partir faire le tour du monde. Cerise propose au jeune garçon de mener une enquête sous l’angle de de la science-fiction avec une fusée et des extraterrestres. A chaque étape, de cette aventure, l’enfant dévoile ses craintes. Ce duo de charme s’ouvre l’un à l’autre pour avancer ensemble et libérer un personnage extra-terrestre, Toloh-Tim. Une façon élégante d’établir un lien pour mettre les mots sur les peurs. Grâce à cette capacité d’imagination les sentiments s’affirment et se libèrent. La nouvelle famille va pouvoir partir l’esprit tranquille.

On était habitué de suivre les aventures de Cerise. Mais ce tome est à part car notre pré-adolescente a grandi et maintenant elle est grande soeur. Former une famille n’est pas facile d’autant plus quand un voyage autour du monde qui s’annonce. C’est beaucoup de changement pour un jeune garçon qui va devoir quitter sa vie d’avant. Mettre des mots sur ce que l’on ressent est difficile, même pour certains adultes. Aurélie Neyret utilise la forme du carnet avec l’écriture, des dessins, des photographies retravaillées. Contrairement aux tomes précédents, ce style graphique est celui majoritairement utilisé. Une rupture esthétique qui s’explique par le magnifique scénario de Joris Champlain. Une manière très élégante de parler de ce que l’on éprouve et de pouvoir en parler de façon détournée. Avoir peur ne veut pas dire être peureux. Les doutes c’est normal surtout quand tout devient différent. Et parler à des adultes c’est difficile car les plus jeunes prennent pour acquis que l’on ne peut pas les comprendre. Cerise est le bon élément pour faire la transition et comprendre les deux parties. Il est possible que les fans de la première heure de la série soient déçues car nous sommes dans un autre registre. Toutefois c’est l’occasion d’aller vers un autre public, plus jeune et plus masculin aussi. La lecture est aussi une belle opportunité d’engager un échange avec un enfant lors d’un changement et pourquoi pas reprendre la fiche des sentiments. En mettant des mots sur ce que l’on ressent, on va mieux et ensemble.

Une bd qui met au coeur l’évocation des sentiments face au changement chez les enfants. L’amour est plus fort que tout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s