Bonheur : une quête obsessionnelle ? – Vox Pop

Et si vous décidiez d’être heureux? Réalité ou fiction, on nous incite à trouver le bonheur jusqu’à créé un indice pour un classement international. Est-ce possible et est-ce nécessaire?

Nora Hamadi reçoit Ruut Veenhoven, professeur de sociologie à l’université Erasmus de Rotterdam et fondateur de la base mondiale du bonheur et Svend Brickmann, professeur de psychologie à l’université d’Aalborg qui ne partage pas la même vision du bonheur et de cette sorte d’impératif à le trouver. Une notion qui a toujours exister mais qui a évolué selon les périodes de l’Histoire et les cultures. Les grecs pensaient que le bonheur étaient liés au destin. De nos jours, on ne peut plus dire cela. Les gourous du développement personnel diront que c’est un choix. Ce qui sous-entend alors que l’on créé notre malheur. Du moins, pour le professeur de sociologie dit plus que le bonheur est d’avoir une vie satisfaisante. Ainsi sur cette logique on peut faire des comparatifs entre pays. De plus, quand les gens sont heureux, ils sont plus ouverts, plus tolérants, font de meilleurs parents et même de meilleurs amants.

Faut-il prôner le bonheur en tant que choix politique d’un pays? C’est discutable aussi. On peut être heureux ce qui est différent du bonheur. Les entreprises peuvent inciter à ce fameux bonheur pour être plus productive et donc plus concurrentielle sur le marché. Elles pourraient déjà par exemple déjà respecté la loi et faire un meilleur choix de recrutement.

En Bulgarie, un chercheur a démontré que le bonheur dépend d’un gêne qui prédispose alors les personnes. Toutefois, le posséder ne garantie pas forcément que l’on soit bien. Il y a d’autres éléments extérieurs à prendre en compte comme l’environnement. Mais peut-être que dans le futur avec l’essor de l’eugénisme cette information jouera un rôle.

En Espagne, de plus en plus de centres de thérapies de médecine alternatives ouvrent et proposent de tout soigner aussi bien avec des pierres ou de la chirurgie par énergie. Une façon de traiter la souffrance autrement qui peuvent avoir des conséquences dramatiques. Par exemple, la bioneuroémotion qui dit que toutes les maladies sont liées aux émotions ainsi un cancer du sein est lié à un problème de couple. Des pratiques qui peuvent être très dangereuse et empêcher des gens à avoir des soins adaptés.

Une émission qui permet de confronter les opinions afin de faire la sienne et avec des points de vue européen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s