Les Campbell – Tome 5 – Les trois malédictions – Munuera

La vie de pirate n’est pas toujours plaisante. Le bonheur se partage quand on alpage un bateau ennemi et la souffrance se partage quand on perd un membre de l’équipage. Un quotidien partagé entre plaisirs et malheurs.

Chez les Campbell, la piraterie a un vrai sens. Le duo des frères a affronté les plus grands ennemis en mer. Jusqu’au jour où l’amour vient frapper à la porte et qu’un changement devient nécessaire. Un choix qui met fait à la coopération entre les frangins qui deviennent des ennemis. Le temps passe et la rancune reste très présente. L’infâme Inferno est hanté par un fantôme lui rappelant les trois malédictions qui vont le poursuivre. Il pense avoir le temps avant que ces dernières se concrétisent. Mais c’était avant de remonter la piste du trésor de San Brandamo. Les deux frères vont se retrouver face à face entouré du plus beau trésor jamais rêvé. Epée contre épée, ils vont s’affronter de façon honorifique comme le demande le code. Un coup de feu retentit et c’est le destin d’une famille qui va changer à tout jamais.

J’avais hâte de lire le tome qui clôture l’aventure. La série arrive à trouver le bon rythme tome après tome, un scénario cohérent et un dessin très plaisant. Mais l’épisode qui finit un cycle est toujours assez sensible, une prise de risque. Et là je trouve que le tome manque de cohérence et est moins fluide. Beaucoup de bons temporels pour nous faire des révélations qui enlise la lecture. J’aurais tellement aimé avoir une fin pleines d’actions et de rebondissements moins prévisibles que j’ai été déçue. En plus, ils se sont laissés une fin ouverte avec la possibilité de faire une suite avec un nouveau cycle. Sinon, on retrouve les gags, marque de fabrique de cette aventure de pirates grâce notamment au duo avec Carapepino et Haggins. Sans oublier le raffinement des dessins et les couleurs toujours aussi chatoyantes qui font que c’est toujours un plaisir pour les yeux de se plonger dans leurs aventures. Même si je reste assez mitigé sur ce tome de clôture, cette série marque un renouveau dans le genre qui s’inspire autant de « Peter Pan » que « Pirate des caraïbes ».

Une série audacieuse qui méritait une fin plus spectaculaire. Dommage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s