Bug – Tome 2 – Enki Bilal

Comment survivre dans une société technologie quand elle n’est plus opérationnelle? Une seule personne peut tout débloquer. Tous les dirigeants chercher à l’attraper. Vont-il y arriver?

Enki Bilal pose toujours avec un oeil critique et acerbe sur le futur. Il nous emmène dans un monde dans presque 25 ans, presque demain. Fait-il une série d’anticipation? Après un retour de Mars, un homme revient mais atteint d’un terrible mal. Obb possède une tâche bleue qui est lié à un extraterrestre qui habite son corps. En parallèle, la société est totalement privée de sa technologie, plus d’internet. Tout ce qui existe est numérisé plus personne ne se souvient. Un peu comme aujourd’hui où on confie sa mémoire à son téléphone portable. Alors comment pouvoir s’en sortir sans mémoire? Comment différencier le bien du mal quand on n’a pas la mémoire du passé? Les transhumains deviennent des carcasses qui pourrissent à petit feu. Le communautarisme devient un mode de survit. L’homme doit se réinventer. Il doit lutter contre l’obsolescence programmée qui lui est imposé. Les scientifiques ont su faire preuve d’ingéniosité pour toujours inventer et pousser à la consommation. Un échappatoire est-il possible?

Oui mais la solution n’est pas évidente et simple. Kameron Odd, possède grâce au bug toute l’information perdue. Le voilà maintenant au cœur de la tourmente et des convoitises. Sa fille, Gemma, a été sauvée. Cependant ceux qui le détiennent maintenant montrent plus d’intelligence. Le groupe de rebelle sait que le futur s’écrira au féminin. Elles feront tout ce qu’il faut pour détenir ce pouvoir non négligeable. Petit à petit, Odd se rend compte de l’étendu du pouvoir qu’il a en lui. Il va falloir qu’il choisisse vraiment quoi faire de toutes ces données. Pendant ce temps, les frontières se réécrivent comme celle de l’Afrique moins dépendante des technologies va tenter de conquérir les terrains des voisins. De nouvelles guerres vont-elles s’écrire?

Quel plaisir de retrouver le style graphique inimitable d’Enki Bilal. Ses personnages que l’on reconnaît d’un coup d’oeil avec une palette de teintes moins sombres que de précédentes séries/albums. Les décors post-apocalypiques sont sans surprises très biens construit et réfléchit comme cette tour Eiffel qui risque de s’effondrer mais qui est également le lieu à des messages politiques. Les groupes politiques apparaissent et se revendiquent de Karl Marx ou les dénumérisés en lutte. L’absence totale de numérique remet en question tout le fonctionnement d’une société de l’oubli. Certains se sentent déjà perdu sans téléphone ou/et internet à notre époque, qu’en serait-il dans 20 ans? Surtout où l’homme serait augmenté qui pourrait vivre beaucoup plus longtemps en étant dépendant de la technologie. Enki Bilal nous pose toute la base de l’histoire. Il faut attendre le troisième opus sur les cinq pour connaître le choix de Obb. A moins que l’adaptation à la télévision nous donne des éléments des réponses d’ici l’année prochaine. L’avenir sans technologie et sans mémoire est-il possible? Demain nous le dira.

Une suite à la hauteur du talent d’Enki Bilal qui maîtrise toujours avec autant d’intelligence la plume que le crayon.

 

 

 

 

3 réflexions sur “Bug – Tome 2 – Enki Bilal

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s