Bleak – Volume 1 – Squeezie, Luciole, Guillaume Natas, Karensac, Diane Fayolle, Anne-Clotilde Jammes, Vladimir Roszak, Dan Vignes et Julien Lelièvre

Qui a dit que les jeunes n’aimaient pas avoir peur? Ils sont nombreux à avoir attendu la publication du premier tome de Bleak. Attention, on vous promet trois histoires qui donnent le frisson.

4e de couverture
Plongez dans l’univers de BLEAK !
Inspirées des vidéos thread horreur du youtubeur Squeezie, ces trois histoires vont repousser les limites de vos cauchemars. Une colonie de vacances qui ne se passe pas comme prévu, une fête foraine mystérieuse, un baby-sitting qui tourne mal… BLEAK vous invite dans un monde où tout peut arriver, surtout le pire. Une BD avec trois histoires originales mêlant suspense, angoisse mais également trois ambiances différentes, chaque histoire étant dessinée par un artiste différent.

Mon avis
Squeezie est un youtubeur assez réputé. Il a décidé comme d’autres de ces compères de passer au support papier avec la bande dessinée. Au lieu de raconter sa vie ou sa vie fictive, il propose trois aventures d’horreur. Il se fait aider par Luciole et Guillaume Natas pour le scénario. Nous avons des récits très différents. Un premier qui montre l’enlèvement d’une enfant avec un lavage de cerveau progressif. Un deuxième avec une bande d’amis qui sont assassinées contre de l’argent. Et enfin, un duo de tueurs en série qui assassinent des enfants pour les empailler. Elles ont toutes des ingrédients pour faire peur et faire frissonner le lecteur. Même si on a déjà tous vu ou lu des trames similaires. Donc pas de nouveauté sur le fond. Les histoires sont bien trop courtes pour que l’on s’immerge dedans. Tout va trop vite et on ne s’attache à personne. Pourtant quand on observe la mise en page, on constate que les cases auraient pu être plus petites permettant d’ajouter du contenu. La taille de l’album est plus grand qu’un classique. Est-ce une façon de justifier un prix de 15€? Les dessinateurs apportent leur touche personnelle pour donner un peu de consistance aux textes. Mais cela ne suffit pas à en faire un album sympathique ni avec un quelconque intérêt. Si personne ne me demande de lui offrir la suite, je me passerais très bien de la lire.

Un tome qui promet le frisson et qui procure plutôt l’ennui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s