Moi aussi – Tome 1 – Reiko Momochi

Satsuki travaille depuis des années dans la même entreprise. Un jour, son supérieur commence à lui faire des avances. Comment gérer cette situation?

4e de couverture
C’est mon supérieur hiérarchique… Comment refuser sa proposition sans l’offenser ?

Satsuki Yamaguchi travaille en intérim en tant qu’opératrice dans un service client téléphonique. Elle est aussi formatrice pour les nouveaux employés. Très investie dans son travail, elle devient malheureusement la cible du harcèlement sexuel d’un de ses supérieurs. Ce récidiviste notoire a jeté son dévolu sur Satsuki… Sombrant peu à peu dans la solitude et l’isolement, la jeune femme réussira-t-elle à briser la loi du silence ?

Basé sur une histoire vraie, Moi aussi raconte le combat d’une jeune femme, victime de harcèlement sexuel, pour se faire entendre dans une société patriarcale.

Mon avis
Les éditions Akata ose aborder de nombreux sujets comme le handicap, l’écologie, l’homosexualité… Alors on ne s’étonne pas qu’ils ont choisi de publier une série qui traite du harcélement sexuel et moral sur le lien de travail. Reiko Momochi s’est inspirée d’un fait réel pour raconter le quotidien de Satsuki Yamaguchi, une employée très impliquée dans son travail. Elle s’épanouit à tous les postes qu’on lui confie. Un jour son supérieur avec qui elle s’entendait bien lui fait des avances. Comme elle refuse, il la bloque professionnellement et lui faire perdre toute crédibilité auprès de ces collègues et de ses supérieurs. Elle tente d’en parler à une collègue, à son supérieur, au syndicat et personne ne lui prête une oreille attentive. Au lieu de prendre en considération la victime, on l’a culpabilise pour ne rien avoir à faire. Si son patron lui touche la cuisse et l’invite à un week-end en tête à tête, bien qu’il soit marié, c’est qu’elle a fait quelque chose pour. Pour survivre, elle n’a pas le choix de démissionner. Un sentiment d’injustice règne. Impossible de reprendre sa vie quotidienne comme si de rien n’était. Par chance, le hasard lui fait rencontrer une association pour aider les femmes. Dans une société patriarchale où on met le chef au-dessus de tout, comment aider les gens abusés qui profite du système? La mangaka montre très bien la chute dans les abymes, l’isolement, la solitude, les idées suicidaires… Et elle n’oublie pas l’importance d’avoir une écoute externe et de la considération. Grâce à ça, elle peut avancer. Elle va même tenter de réclamer justice. Faut-il croire que cela change les choses? Une direction d’entreprise est-elle prête à se débarrasser des éléments toxiques? La technique de l’autruche n’est-elle pas plus confortable? Pas besoin d’être japonaise pour comprendre la situation et se mettre à sa place. Le harcèlement et ces techniques sont les même partout avec les même navrants constats. Un sujet tabou qui a le droit à une mise en avant. Les tortionnaires ont encore de beaux jours devant eux. Toutefois, leurs méfaits sont dorénavant mieux connu et mieux identifiable. Les poursuites judiciaires augmentent et les actes continuent. Que faudrait-il pour une prise de conscience au sein des entreprises?

Un manga d’utilité publique qui devrait être mis à disposition dans les entreprises. Le harcèlement doit être jugé inacceptable tout simplement.

L’avis La pomme qui rougit : « En bref, cette petite saga en deux tomes relatant des faits réels est poignante. Il aborde un thème important. Ce manga est à mes yeux le cri des femmes qui n’arrivent pas à parler ou à faire justice. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s