Akira – Tome 1 – Katsuhiro Otomo

Durant la troisième Guerre Mondiale, une bombe d’un nouveau type fait exploser une partie de la veille ville de Tokyo. La vie doit continuer mais rien n’est plus pareil. Une partie de la jeunesse ne croit plus en l’avenir.

En décembre 1982, un évènement va changer la face du monde et le Japon va être rudement touché. La troisième Guerre Mondiale est déclarée et une bombe d’un nouveau genre à détruit une partie de la vieille ville. Le quartier est maintenant fermé au public. En 2019, la vie reprend mais pas totalement comme avant. La jeunesse commence à se rebeller. La mégalopole, Néo-Tokyo, change doucement de visage avec d’un côté une armée présente dans le secret et des jeunes qui veulent braver l’autorité. Kaneda et sa bande sillonnent la zone militaire interdite sur leurs motos en roulant à toute vitesse sous l’influence de la drogue. Un jour, une personne apparait sur la route en ayant un tatouage d’un chiffre dans la main. Tetsuo freine de toute ces forces et a un accident. L’armée puis la police et les secours arrivent à son secours. D’où pouvait venir cet enfant à l’apparence d’un vieillard? A moins que cela était un vieillard dans le corps d’un enfant? Pourquoi personne n’arrive à avoir des nouvelle de Tetsuo. A partir de ce jour là, tout change. Tetsuo sort de l’hôpital un peu différent. L’armée s’intéresse à lui car il aurait un pouvoir. D’ailleurs, on va faire des tests sur lui qui vont révéler son côté obscur. Le jeune garçon rebelle devient un chef de gang impitoyable et tuera tout ceux qui se mettront sur son chemin. Il a besoin de toutes les drogues possibles pour faire passer son mal de tête. De son côté, Kanéda essaie de se cacher car les militaires essaient de le capturer. Surtout depuis qu’ils savent qu’il a volé une pilule un peu particulière destinée à ce jeune vieillard. Il ignore à quoi elle peut servir à part qu’elle a de la valeur. En s’échappant, il se rapproche d’un groupe d’opposant dans lequel il y a une très charmante jeune femme tenace. Tout s’enchaîne et ce qui se passe s’annonce très grave. D’autant plus que le nom d’Akira a été prononcé ce qui présage de grands malheurs à moins qu’Akira vient d’être crée.

Katsuhiro Otomo (1954 – ) est devenu l’idole de toute une génération de lecteurs avec “Akira”. L’histoire a commencé à être publiée dans “Young Magazine” le 20 décembre 1982. Avec cette longue série de 2 000 planches, il a révolutionné le manga d’anticipation au Japon. En 2019, 38 ans après la 3e guerre mondiale, Néo-Tokyo est une immense métropole construite après l’explosion d’une bombe d’un nouveau type. Tetsuo et Kaneda, des rebelles, se retrouvent impliqués dans les plans de défense du gouvernement. L’arme ultime est un jeune garçon prénommé Akira. Qui est-il ? Pour l’instant, on l’ignore encore mais le cadre est posé. Tout ce qui va arriver par la suite sera catastrophique. Les atouts de ce manga reposent sur deux éléments importants. Le premier est l’évocation du traumatisme du pays à la suite de la Seconde guerre mondiale comme les séquelles d’Hiroshima et de Nagasaki, la difficulté de reconstruire une nation, la pression militaire américaine… Et surtout l’aspect graphique avec la speed line, technique qui donne à voir la vitesse grâce à des lignes serrées comme dans les courses de moto par exemple ou à densifier une perspective. C’est un vrai régal pour les yeux de voir le travail de précision qui nous est proposé. On comprend pourquoi cette saga est considérée comme mythique.

Dès la première page, on est importé dans ce récit post-apocalyptique punk. Pas de temps mort. Tout y passe critique de la société, projet secret à grand impact géré par les militaires, police corrompue, jeunesse ingérable, consommation illégale de drogue qui se trouve facilement, familles absentes…. avec tout ça comment espérer un monde meilleur sans fanatisme religieux, aliénation de l’individu ? Surtout que l’on rajouter dessus des êtres singuliers dotés de pouvoir qui doit être en lien d’une façon ou d’une autre avec le nucléaire. « Même en admettant que le gouvernement ait l’intention de former une troupe spéciale de combat composée d’enfants aux pouvoirs étranges, je doute qu’ils puissent faire face à une puissance de feu équivalente à une bombe H… ». Le Japon connait les effets des bombes sur la population. Une œuvre antisystème percutante dont il serait dommage de passer à côté. Mais attention, une fois que vous commencerez vous devrez tout lire et cela vous marquera à vie. Prêt à relever le défi?

Un manga percutant aussi bien dans le fond que la forme. Etonnamment, 40 ans après sa publication il reste d’une pertinence absolu.

L’avis Les Blablas de Tachan : « Le premier tome d’Akira fut dense à la lecture mais c’était nécessaire pour nous présenter la richesse et le potentiel de l’histoire. « 

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s