Juliette à Québec – Tome 5 – Lisette Morival et Emilie Decrock

Juliette reste à Québec avec sa mère. Sa ville natale recèle aussi de très jolies choses à découvrir. Seulement voilà, tout ne se passe pas aussi bien que prévu.

Pour une fois Juliette ne va pas accompagner sa mère à travers le monde, elles vont rester à Québec. Ce n’est pas gênant car il y a tellement de chose à voir. D’ailleurs, la demoiselle va en profiter pour faire du contenu. « Toi, tu fais tes articles dans les journaux pour les vieux, moi, j’écris sur internet pour les jeunes! ». Elle n’oublie pas de prendre sa tablette. Seulement, les choses ne se passent pas aussi bien que prévu. Sa maman va devoir être hospitalisée quelques jours. Pendant cette période, l’adolescente va dormir chez une amie. Cela tombe bien car avec sa bande d’amis ils ont un mystère à résoudre. Pourquoi Youssef ne porte t’il pas de vêtements chauds pour la saison? A quoi va lui servir cette enveloppe qu’il a échangé avec un inconnu? Pourquoi est-ce qu’il s’endort en classe? Gina tout de suite part avec des idées préconçues : « Ma mère m’a toujours dit qu’il fallait se méfier des étrangers ». Gino lui rappelle que lui vient d’Argentine et qu’il faut se méfier des raccourcis. Avant de juger, on doit avoir des certitudes. Très vite, les réponses vont arriver et on être loin de ce qu’ils croyaient. Ensemble, ils sont plus forts et peuvent affronter tous les problèmes qui arrivent. Comme des ressources en amitié et d’imagination ne manquent pas, tout va pouvoir rentrer dans l’ordre.

Une histoire qui immerge dans la culture canadienne avec la tire d’érable, le grand froid, le traineau avec des chiens… Aucun doute que cela va permettre le dépaysement pour le lecteur français. En plus, Lisette Morival n’oublie pas des références à la culture populaire comme « La reine des neiges ». Son adaptation du roman éponyme de Rose-Line Brasset va séduire également celles qui ne connaissent que l’autre version. On a envie de se laisser porter par cette gentillesse et cette bonne humeur de ce groupe d’amis. Ils n’hésitent pas à tendre la main vers ceux qui en ont besoin. Bien entendu, la scénariste intègre un personne qui est plus septique que les autres. Une manière de montrer qu’il existe aussi d’autres opinions. Les réflexions racistes font aussi des façons de penser courantes. Le récit se termine bien avec deux fins heureuses permet de clôturer la lecture avec le sourire. L’aspect sociale avec les migrants montrent que l’insertion peut très bien se faire. Les barrières sont celles que l’on se créent et non celles qui existent. Emilie Decrock apporte beaucoup de douceur avec ces traits ronds et ces couleurs chaleureuses. Son travail reste dans l’esprit des précédents tomes. On clôt l’ouvrage avec le sourire et l’envie de retrouver ces héros positifs.

Une bd qui mélange culture et société sous un angle positif.

Une réflexion sur “Juliette à Québec – Tome 5 – Lisette Morival et Emilie Decrock

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s