Berthile et le monde sans espoir – Maurizia Rubino

Quand des espèces disparaissent certaines arrivent à survivre. La jeune Berthile malgré sa solitude donne le meilleur d’elle-même pour réaliser un rêve. L’amitié devient un ingrédient qui l’aidera à réussir.

Tous les humains ont été tués. Pas tous en fait, car l’une d’entre elle a été sauvée, Berthile. L’enfant possède un rêve : pouvoir voler. Alors elle ramasse toutes les plumes qu’elle trouve partout. Il lui reste juste à trouver le moyen de les assembler. C’est ainsi que le hasard lui fait rencontrer un ours en peluche qui marche et qui parle. Il lui dit que lui sait comment voler car lui-même à cette compétence. Le prouver n’est pas évident car il ne se maîtrise pas très bien. D’ailleurs, sa nouvelle amie va se rendre compte que derrière ces apparences gentilles se cachent quelque chose d’horrible. Qui cela n’effrayerait pas? Mais le nouveau compagnon ne se rend pas compte de ces changements. Et par conséquent, il n’arrive pas à comprendre cette distance qui s’est installée avec la petite fille. N’écoutant que son coeur, il va tout de même lui donner le plan pour qu’elle réalise son rêve. Qu’importe les rivalités des clans qui perdurent en dehors, ces êtres innocents continuent de se débrouiller et de se surpasser.

Après avoir travaillé dans l’illustration des albums jeunesse, Maurizia Rubino se lance un nouveau défi avec une bande dessinée. Les éditions des « Aventuriers de l’Etrange » ont choisi de proposer un ouvrage en grand format, avec une couverture en relief qui brille. Le graphisme réalisé informatiquement avec une palette réduite de teintes, rend la lecture plus lisible. On s’immerge assez facilement dans cet univers assez sombre et mélancolique. La créatrice y aborde facilement et sans préjugé, l’abandon, la solitude, la différence, la guerre… Les jeunes lecteurs feront toujours face à l’une de ces situations dans leur vie et ils pourront alors s’identifier à l’un des personnage. Toutefois malgré un côté très poétique, les choses semblent arriver assez brutalement. On tombe toujours face à des péripéties qui sont en plus bien souvent négative et cruelle. Les pages se tournent sans grand enthousiasme car l’univers reste assez violent et sans vraiment lumière d’espoir. En même temps, pourquoi la bande dessinée ne devrait-être que mignonne et innocente? Le 9ème art n’a pas de frontière et quelque soit les profils du liseur. L’histoire d’apprentissage ne prendra pas forcément auprès de tous car il manque une bonne dose d’humanité, de bienveillance et de merveilleux. Des éléments qui permettent de relativiser la méchanceté du quotidien très présente dans la réalité. Au final, on reste un peu sur sa faim quand on ferme l’album.

Une bande dessinée pleine de promesse qui risque de décevoir avant même d’arriver à la fin.

4 réflexions sur “Berthile et le monde sans espoir – Maurizia Rubino

  1. L’auteure puisse ses influences du côté du manga pour le trait et du Comics pour le découpage. Un grande place est laissé à l’image et il y a beaucoup de changements de rythme et de tons. L’album fait partie de la présélection pour le prix Artémisia 2022.

    • J’avais vu tout ça dans ma lecture mais je n’ai pas trop aimé tout de même. C’est très bien pour la dessinatrice/scénariste d’avoir été sélectionné pour le prix Artémisia. Mais j’ai le droit de ne pas avoir aimé et l »argument d’autorité ne rend pas mon avis moins important.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s