Les amours écologiques du bolot occidental – Claire Bretécher

Le monde part à la catastrophe. Une conscience écologique commence à éclore et Claire Bretécher va en profiter pour sensibiliser les lecteurs. Que diriez-vous de rencontrer le bolot occidental?

4ème de couverture
Qu’est ce qu’un Bolot occidental ? Petit mammifère proche du chien, le Bolot, doté d’une libido effrénée qui le voit sauter sur tout ce qui bouge, s’angoisse de voir baisser sa fertilité. Chaque portée engendrée par lui ne compte guère plus de 20 à 30 individus contre une cinquantaine avant les émissions de CO2. Ce déplorable état de fait le conduit à tous les subterfuges pour s’installer dans une superbe réserve pour animaux en voie de disparition. Publié dans le Sauvage, l’une des premières revues consacrée à l’écologie, le Bolot est, avec 20 ans d’avance, une satire mordante de l’orthodoxie de ce que l’on appelait pas encore les khmers verts.

Mon avis
La bande dessinée était un monde surtout réservé aux hommes. Mais Claire Bretécher a su y faire sa place grâce à l’impertinence percutante de ses messages. En 1973, « Les amours écologiques du bolot occidental » sont publiés dans le magazine « Le Sauvage ». D’un trait vif et expressif qui ressemble à celui de Reiser la couleur en plus, elle dresse une satire de la société sous l’angle écologique. Son personnage principal, un bolot, est un chien, obèse, vulgaire et vicieux. Il passe à mettre enceinte sa partenaire qui n’arrête pas de mettre bas. Et en plus, il va même mettre son pénis dans les espèces en voie de disparition. Monsieur doit satisfaire son besoin. Parfois, sa partenaire n’en peut plus et doit interrompre ces multiples grossesses. Mais c’est le dernier des soucis car entre la monté du désert, la pollution des sols, le manque de nourriture… ils ont à faire. Le changement de société conduit à de nouveaux comportements et conséquences non négligeables. Il faut arrêter d’être un écolo naïf et timoré. Parfois, les désordres ne s’opèrent pas à côté de chez nous. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas pour autant. Pour faire passer le message, l’artiste fait usage d’humour et de dérision pour inciter à rire et réfléchir. Une oeuvre singulière dans l’ère du temps après mai 68. Néanmoins, on peut se demander si beaucoup de choses décriés ont changé de nos jours?

Claire Bretécher fait parti des femmes qui ont du talent, de l’intelligence et des convictions. Et tout cela, elle l’a mis dans son travail pour faire sourire et penser à la fois.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s