Inspecteur Kurokôchi – Tome 5 – Takashi Nagasaki et Kôji Kôno

Vouloir détruire une mafia qui règne au sein de la police, n’est pas chose aisée. Mais l’inspecteur Kurokôchi ne baisse pas les bras. Bien au contraire, l’assemblée du cerisier va tomber. Vraiment?

L’inspecteur Kurokôchi c’est un peu comme un chien limier. Quand il trouve une piste, il faut qu’il la suive jusqu’au bout. Et ce n’est pas à ce vieux renard que l’on va apprendre le sens du mot corruption. Il la pratique depuis tellement longtemps qu’il connaît les ficelles. Sauf que les poissons sont encore plus gros que d’habitude. Les ramifications de cette organisation sont bien plus larges que prévus. Certains ne veulent pas que l’on remonte jusqu’à eux et tuent sans scrupule ceux qui pourraient les identifier. Les cadavres se rajoutent au fur et à mesure sans que cela ne pose vraiment à l’opinion publique. Toutefois, quelqu’un au sein de l’organisation veut retrouver l’argent qui lui appartient initialement. De terribles secrets qui ont permis l’organisation de la police telle qu’elle est implique bien trop de gens. La pourriture se gangrène dans un système assez fermé. Trouver la vérité est assez difficile car les témoins restent pas longtemps vivants où sont déjà morts. Mais les pièces du puzzle commencent à s’emboiter et notre inspecteur se sent pousser des ailes. Le gouverneur Sawatori, qui adore les petites filles mineurs, attend que la roue tourne. Il sait comment retrouver la paix. Aucun doute que toutes ces magouilles ont un lien avec l’identité de celui qui a tué le père de Shingo. Au final, c’est le début de très gros problème pour notre duo qui veut toute la vérité.

La fin justifie t’elle tous les moyens? Pour notre héros, l’inspecteur Kurokôchi aucun doute. Cela ne lui pose aucun problème que toutes ces pourritures se tirent dessus et meurent. Est-ce vraiment si important? Son binôme de vérité, n’a pas le même discours. Il est encore bien innocent dans le milieu. Il a encore la naïveté de croire en la justice même si cette tendance progressivement est remise en question. La corruption est tellement grande qu’il est difficile de trouver des hommes honnêtes dans la police. Y a t’il quelque chose de mieux que le fric? La loi est-elle vraiment le garant de la morale ? Bien entendu que non. A chaque fois que l’on avance dans l’histoire, impossible de ne pas être convaincu fasse à ces vieux gros dégueulasses, vicieux, violents et sans cœur. L’intrigue avec cette assemblée prend ici une autre tournure car les 300 milliards de yen ont été volés. Le voleur veut récupérer aussi son du. Tout un autre micmac se met en marche et cela promet des rebondissements sanglants. De nouvelles informations vont nous être donné et ainsi encore se rendre compte du niveau de traitrise. Jusqu’où cela va aller? Et notre gentil Shingo que serait-il prêt à faire pour savoir pourquoi on a assassiné son père? Et pour cela devra t’il se salir les mains? Va t’il passer du côté obscur de Kurokôchi et prendre lui aussi cette tête de con qui le caractérise tant? On n’est pas au bout de nos surprises. Vivement la suite.

On est toujours satisfait d’un moment avec Kurokôchi. L’être est mauvais et peut toujours nous décevoir dans la profondeur de sa noirceur s’il y a du fric à la clé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s