Bartleby – Herman Melville

Peut-on se rebeller passivement? Est-ce que la réponse : « J’aimerais mieux pas » peut changer la donne? Herman Melville va vous donner à réfléchir.

La nouvelle d’Herman Melville tourmente encore des philosophes sur le sens de ce texte publié en 1856. Un homme, Bartleby, a trouvé un emploi stable et d’avenir de copiste. Il sera même au plus prêt du responsable. Seulement voilà, à chaque fois qu’on lui demande de faire quelque chose il répond : « J’aimerais mieux pas » une traduction de « I would prefer not to ». Il ne dit pas franchement qu’il refuse la tâche. En plus, c’est prononcé sans aucune animosité. Le chef se sent un peu déstabilisé face à cette réaction. Surtout que quoi qu’il lui demande, la réponse déroge peu. Est-ce une façon de faire de la rébellion passive? Impossible de garder un tel élément au bureau. Mais même lorsqu’il est viré, il ne quitte pas les lieux. Même le midi, il ne sort pas manger. Premier au bureau et dernier à partir, il pourrait être exemplaire. Mais les paroles ne sont pas légions et il vit dans les locaux. Comment s’en débarrasser? Et en même temps, il a quelque chose d’attachant dans son mutisme. Il faut se résoudre à avancer et sans ce boulet. L’unique manière est de déménager. Seulement, les nouveaux locataires et le propriétaire se retrouvent avec lui dans les pattes qui ne veut pas s’en aller. Ces derniers viennent lui demander de l’aide. Cet homme étrange dérange, perturbe et surtout met mal à l’aise. Son ancien patron vient et tente de le convaincre de venir chez lui. Il refuse. Une seule chose devient possible, la prison. Et même là, il sort du lot. Que peut expliquer cette attitude?

Quel message Herman Melville a voulu cacher derrière ce texte? Que cela soit Maurice Blanchot, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Jacques Rancière, Sylvette Ego…. y vont tous de leur interprétation. De même pour de nombreux auteurs de l’époque qui ne restent pas insensibles à cette nouvelle. Est-ce que « I would prefer not to » est la phrase d’une rébellion? On ne dit pas non. On dit que l’on veut autre chose. Ou est-ce une forme de comédie absurde sur l’homme, indifférent ou presque dans une masse où l’on demande de la servitude et du conformisme?  En tout cas, cette phrase fait sens pour moi et je pense la prononcer lorsqu’on me proposerait de faire une chose insensée au boulot. Quelle réaction vais-je avoir? Aucun doute que cela va provoquer un peu de désappointement.  Car en soit Bartleby ne refuse jamais de faire quelque chose. Il incite aux questionnements, à faire face à une réaction non prévue, à l’expression d’une individualité… Le langage dans toute sa complexité est-il utile? Non. L’écrivain montre t’il la limite de son art? ou l’expression d’une forme de folie? Melville termine alors par ces mots : « Ah Bartleby ! Ah humanité ! », bref quelque chose de complexe.

Une lecture déroutante qui saura vous interroger.

Lecture commune avec Pativore : « Pour moi, ce n’est pas de la résistance, ce n’est même pas de la désobéissance, c’est de la folie ! Cette lecture est vraiment étrange, elle questionne en tout cas mais le lecteur n’a pas plus de réponses que le notaire, Bartleby reste une énigme malgré la postface de Benjamin Orteski. »

L’avis de Moka : « Incapable de nous laisser indifférent, Bartleby nous obligera inconsciemment à choisir notre camp. Celui de ceux qui se lassent, s’agacent et s’agitent autour de lui – scandaleusement outrés – par ce qu’il dit, ceux qui l’observent – définitivement intrigués – par tout ce qu’il préfère s’abstenir de faire. Il semblerait que j’aie changé oui, oui, c’est dans mes cordes et que l’amusement cocasse ait pris le pas sur le côté insupportable du personnage à l’existence éminemment tragique. »

5 réflexions sur “Bartleby – Herman Melville

  1. Pingback: Bartleby de Herman Melville – PatiVore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s