Trace – Tome 6 – Kei Koga

Voilà une année de plus et le criminel qui a tué toute sa famille est encore libre. Les éléments pour permettre de le comparer sont bien minces. Mano va t’il devoir renoncer?

Reiji Mano commence un peu à désespérer car il ne reste plus beaucoup de piste pour trouver le coupable qui a assassiné sa famille. Un appel de l’ancien enseignant de sa soeur à de nouveau un piston pour lui. Isami Ushihami, inspecteur en charge de l’affaire a un fils, Yûta Shidô qui aurait surement des informations. Son boulot à lui est de trouver des histoire croustillantes pour la presse à scandale. Seulement voilà, son nom apparaît dans une enquête au laboratoire et c’est son supérieur qui est en chargé de faire les recherches. On ne peut pas dire que c’est le grand amour entre Reiji et Masaomi Nogawa. D’ailleurs, quand il va demander de reprendre l’affaire et ces conclusions sont tout autre. Souvent la vérité se cache dans les détails. Cet homme mort poignardé n’était pas un ange et a laissé son côté sombre prendre le dessus. La mort est venue le cueilleur telle une fleur dans un jardin. Une chance ainsi car Yûta Shidô est libre. Reiji va pouvoir l’approcher et lui poser des questions. Toutefois, quand il aura les réponses que va t’il faire?

On se demandait ce qu’il allait se passer après le tome 5 puisqu’il n’y avait plus aucune piste. Plus de témoin, plus de preuve alors comment le mangaka allait donner un nouveau rebondissement à son récit? Le fils d’un acteur de la disparition des preuves a reçu les informations. Sur son lit de mort, il lui a avoué que c’était Takashi Dan qui avait donné l’ordre de tout faire disparaître. Reiji l’avait dans sa ligne de mire depuis quelques tomes. Alors qu’elle est l’autre nouvelle? Son papa, ministre a couvert toute l’affaire. Il ne faut pas entacher une carrière tout de même. Mais il sait que ce jeune homme est un vrai danger public. Surtout quand on peut faire disparaître les choses compromettantes. Jusqu’où l’amour est-il possible face à un meurtrier? Nous aurons éventuellement une réponse dans la suite. Reiji a maintenu des certitudes mais pas les preuves de cela. Comment va t’il les avoir? Doit-il faire vraiment confiance à un journaliste à scandale? Kei Koga partage un peu une pensée féministe. Une jeune fille qui tient compagnie à des hommes vient de se faire violer dans la rue. Elle porte plainte deux jours tard. En donnant les pièces à conviction, le policier fait des remarques en disant qu’en portant un tel short c’est normal qu’on l’a violé. Combien de fois n’avons-nous pas entendu de telles conneries? C’est vrai, le pauvre homme il ne sait pas quoi faire avec son érection quand il mate les femmes comme un gros vicieux pervers. C’est lui la victime, il est perdu avec son zizi tout dur. Son cerveau limité ne lui dit que violer une femme, c’est la seule chose à faire. Pourtant, il pourrait aller se faire castrer si c’est trop difficile d’être un homme. Il devrait se sentir mieux après. Il pourrait demander qu’on lui mette un bon coup dans le service trois pièces en général cela remet les idées en place. Comme quoi, il y a des alternatives pour ces malheureux.

Quand on est proche du pouvoir, c’est plus difficile d’être inculpé. Heureusement que certains criminels peuvent eux finir en prison surtout lorsqu’il est question de viol. Parfois, la justice fait bien son travail.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s