Trace – Tome 5 – Kei Koga

Un signe du destin arrive dans la vie de Mano. Peut-être qu’un petit cahier lui permettra de voir les choses autrement. A moins que le pouvoir hiérarchique soit plus fort que tout.

Hiroki Dan vient ponctuellement donné son ADN à Reiji Mano. Il sait très bien qui il est. Comment est-ce possible? Une démarche qui a de quoi déstabilisé notre chef de la police scientifique d’habitude si stoïque. Est-il le meurtrier de sa famille ou pas? Pour l’instant, l’unique certitude qu’il a c’est qu’aucun des trois garçons qui a agressé n’est le père de son enfant. Qui cela peut-être? L’ancien enseignant d’Hitomi qui aide Mano? Le chef de Mano va lui confier un cahier sur lequel il a consigné toutes les preuves liées aux meurtres de sa famille. On lui a demandé de rien analyser et de tout rendre. Un acte incompréhensible ce qui l’a incité à laisser une trace. Fait-il ça car il sait qui est Mano ou juste il transmets à son probable successeur? Il approfondira ça plus tard. Déjà, il va interroger un inspecteur de l’époque qui a connu une ascension fulgurante. Pas de chance pour lui, voilà encore un cadavre. Mais il est de nouveau face à une énigme. Soutenu par un ancien de ces collègues, il va partir en quête de vérité. La fille du défunt va donner son ADN, étrangement le résultat est particulier. Pourquoi? Est-ce une erreur du policier qui a fait le prélèvement? Non pas du tout, c’est une explication médicale. Et dans la mort de cette petite fille dans la forêt parfois il ne faut pas imaginer toujours le pire. Parfois, en voulant faire semblant, on meurt vraiment.

Les criminels ne connaissent jamais le repos. Et après chaque méfait, ils laissent souvent des preuves que des experts scientifiques peuvent analyser. Du moins, cela arrive quand les éléments recueillis ne disparaissent pas. Reiji Mano sait que quelqu’un a fait disparaître les preuves de l’assassinat de sa famille. Son chef va lui donner un cahier sur lequel figure le gant qui devait être dans les archives. Quelqu’un l’a ressorti. Qui? Et pourquoi? A part, bien entendu, pour narguer notre jeune chef car il n’a aucun moyen de savoir qui portait le gant qui a contribué à tuer sa famille. La présence de plus en plus récurrente de Hiroki Dan n’est surement pas un hasard. Comment prouver son implication? Notre expert commence à tourner en rond et n’arrive pas à voir de nouvelles perspectives. Kei Koga va bien trouver un nouveau rebondissement. En parallèle, il évoque deux enquêtes où les enfants sont victimes. L’une où l’ADN permet de dévoiler un passé rester secret. Et l’autre avec une petite fille qui voulait attirer l’attention de ces parents afin qu’ils ne divorcent pas. En voulant simuler un suicide, elle a glissé et elle est morte. Les cadavres racontent aussi des choses et parfois c’est assez sensible.

La justice doit-elle toujours avoir des coupables? Faut-il toujours avoir les réponses à ces interrogations?

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s