Trace – Tome 4 – Kei Koga

Reiji Mano commence à avoir plus d’éléments sur le meurtre de sa famille. Mais pour l’instant cela ne lui permet pas d’avoir des réponses. En attendant, il aide sur les enquêtes car les criminels ne manquent jamais à l’appel.

Difficile de vivre chaque jour avec le poids qu’aucune justice n’a été rendue à sa famille. Les indices restant sont bien minces. En regardant ce qui reste de sa famille, il retombe sur un service à thé. Il manque une tasse. Est-ce que le meurtrier est parti avec pour ne laisser aucune trace de son passage? Pour l’instant, il ne peut avoir aucune réponse précise. Une nouvelle enquête demande toute son expertise. Une jeune fille est venue portée plainte contre un homme qui l’a agressé sexuellement dans le métro. L’homme crie à celui qui veut bien l’entendre qu’il est innocent. Le duo de policier vient déposer des preuves ne partagent pas la même opinion. La femme est persuadée de la culpabilité et l’homme non. Les premières preuves ne permettent pas d’incriminer la personne arrêtée. Mais Mano réclame toutes les preuves recueillies pour faire l’ensemble des prélèvements. Il y a un endroit auquel ne pense pas les pervers, la poche arrière du pantalon. Après avoir mis ces doigts dans le vagin de la femme, il ne pensait pas qu’on allait chercher la dedans. Surtout qu’il y avait un mouchoir sur lequel il s’est essuyé et il l’a jeté parterre. Face à l’irréprochabilité des constations, le coupable avoua. Est-ce que Daisuke Nizuma en fera de même? Il y a peu de chance à cela. Au contraire, il vient volontairement le narguer. Lequel des deux va gagner?

Nous étions emportés par l’énergie et la tension du tome précédent. Alors on s’attendait à la retrouver ici. Malheureusement ce n’est pas le cas. Les choses redeviennent plus calme. L’affaire que l’on suit nous emmène auprès d’un autre crime bien trop ordinaire. Les gros vicieux dans les transports en commun japonais qui touche les jeunes femmes, se frottent à elle et vont même jusqu’à les pénétrer avec leurs doigts. D’ailleurs, c’est pour cela qu’ils ont inventé des wagons réservés aux femmes dans le métro. Les victimes portent assez rarement plainte car elles ont honte. Contrairement à ces messieurs sans scrupule qui abusent et traumatisent des femmes. C’est à partir de quand que l’on éduque les hommes au respect du sexe opposé? L’histoire centrale parle aussi d’abus avec le viol de la soeur de Reiji Mano par trois terreurs de l’école. Une violence qui allait aussi dans le harcèlement moral pour inciter les élèves au suicide. La chose horrible est l’impunité dont ces élèves ont bénéficié. Avoir des parents influents permet aux êtres les plus vicieux de se faire plaisir. On aimerait croire que c’est une fiction toutefois la réalité n’est pas très loin et n’est pas moins sombre. Le pouvoir est au coeur de l’intrigue principale car Daisuke Nizuma est directeur de la police grâce à son influence non à son talent en tant qu’homme. Il sait qui est Reiji et ce qu’il cherche. Un jeu du chat et de la souris qui va prendre de l’ampleur. Kei Koga nous promet alors de nous emmener dans une lutte qui promet des rebondissements. Y arrivera t’il à la construire?

Quand les preuves sont là, même les pervers finissent au trou. Mais la loi est-elle la même pour tous?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s