Musnet – Tome 3 – Les feux de la rampe – Kickliy

Devenir artiste est vraiment un long chemin à parcourir. Mais face à la motivation et au talent, certains ne peuvent que se faire remarquer. Une fois sous « Les feux de la rampe » tout change.

Remi ne veut plus de Musnet dans son atelier et lui a même repris son pinceau. Ce qui déplaît fortement au souriceau. Lui aussi au droit d’expérimenter et de regarder ce qui se fait ailleurs. Qu’importe, il continuera à peindre et gagnera de l’argent avec son art. A chaque problème sa solution. D’ailleurs, n’est-ce pas comme ça qu’il a rencontré son nouvel meilleur ami, Chiby ? En allant dans le jardin de Giverny, il va se faire un improbable nouveau copain. Le chat de la maison qui a tendance à le poursuivre dès qu’il le peut. Il ne cherchait nullement à le dévorer. Il voulait juste jouer car il s’ennuie tout seul. En pourchassant Musnet, il s’est renversé de l’huile de térébenthine sur son poil. Et dans la cuisine, une étincelle mis le feu à son poil. La souris mit aussitôt de l’eau pour limiter les souffrances de l’animal. Java se retrouve maintenant tout nu mais il est en vie. Il doit une fière chandelle à son nouvel ami et va l’épauler comme il pourra. Une aide précieuse qu’ils sauront apprécier ensemble. Maintenant, il a des poils à mettre sur son pinceau. Son génie créatif va s’exprimer et séduire tout le monde lors d’une exposition. Un nouveau départ pour lui et tous ces amis qui ont su le soutenir sans le juger.

Comment ne pas tomber sous le charme de cette petite souris si gentille et courageuse. Elle montre sa singularité déjà car elle ne connait pas sa famille et puis surtout, il aime peindre. Il a trouvé sa vocation et fait tout pour être heureux. Son comportement envers les autres lui permet de créer des vrais liens d’amitié. Comme il sait exprimer ses sentiments, les échanges sont concrets sans sous texte. Et ainsi plus de jeu du chat de la souris, mais de réels amitiés solides et durables. Musnet est ami avec un écureuil, une araignée, un rat et même un chat. Qui aurait pu croire cela ? Les aprioris sont peut-être basés sur des choses fausses ou erronés voir sur la peur d’autrui. Le jeune artiste montre que tout est possible car lui aussi expose comme un vrai peintre. Il n’imite pas Rémi ou Monet, il a trouvé son style et cela ne laisse personne indifférent. Une belle façon de parler du courage, de la détermination et aussi de la capacité à essayer quitte à se tromper. Cela insuffle une idée positive aux jeunes lecteurs. Kickliy parle aussi de Monet car l’histoire se déroule tout de même dans le jardin de Giverny. On voit l’homme brûlé ces peintures ce qui est véridique. Quand ces œuvres ne lui semblaient pas satisfaisantes, il les détruisait. Et la baisse de sa vue n’arrangeait rien à cela. La cataracte avancée le rendait presque totalement aveugle. On peut voir l’évolution de son trait dans la salle des Nymphéas au musée de l’Orangerie. Il avait peur car une de ces connaissances étaient devenues aveugles après l’opération. Clemenceau, un très bon ami est arrivé à le convaincre de se faire opérer mais Monet ne fera opérer qu’un oeil. C’est un patient assez insupportable. Il faut du temps pour revoir comme avant, surtout avec les nuances de couleurs et la lumière. La fiction et la réalité donnent plus de volume à ce tome qui incite à poursuivre la série.

Une nouvelle aventure passionnante qui se lit d’une traite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s