Le coup du lapin 2 – Andy Riley

Quand un lapin n’a pas le moral, il n’a qu’une seule possibilité : le suicide. Et par les temps qui courent, c’est utile de trouver l’inspiration tout en s’amusant. Que vont vous proposer les lapin les plus drôles du Royaume-Uni.

Certains se suicident juste en mettant un petit mot avec cette phrase connue : « Adieu monde cruelle ». Pourquoi céder à cette facilité quand on peut y mettre un peu de folie douce? Les lapins suicidaires ne manquent pas d’imagination. Grâce au cinéma et aux séries, ils puisent aussi leur inspiration. Il peut se faire passer pour Sarah Connor pour se faire tuer par Terminator, mettre du poivre dans l’oeil de Sauron, attaquer Alien. Côté série, pour un lapin culte en Grande-Bretagne il n’a pas le choix d’évoquer Doctor Who (à voir absolument). Comme un Dalek lui court après, il s’enfuit dans son TARDIS. Sur cette fabuleuse cabine qui permet de voyager dans le temps et l’espace, un lapin est assis avec une corde au cou. Aucun doute que le suicide soit réussi. Pour avoir des idées, il suffit aussi de regarder autour de soi. On trouve des perceuses, des batteurs, un lecteur dvd… Au pire du pire, s’il faut voyager afin le dernier souffle, direction Venise avec la tête de gondole qui coupe en deux ou l’Everest avec le risque de se prendre un crochet d’escalade en pleine tête.

Andy Riley ne manque pas d’imagination. Par contre son humour noir n’est pas pour tout public. Le sujet de fond reste tout de même le suicide et à travers les lapins. Certains risquent de crier qu’il faut arrêter de vouloir faire du mal à d’innocents animaux. Il vaut mieux prendre des humains et puis avec la pandémie, c’est d’autant plus d’actualité. Mais pourquoi faudrait-il se passer des lagomorphes? C’est drôle et cela détend les zygomatiques. Aucun doute qu’après avoir finit la bd, on ne voit plus l’aménagement de son chez soi pareil. Un champ des possible s’ouvrent devant notre manque d’inventivité. Et comment ne pas être émerveillé avec l’utilisation du fabuleux et extraordinaire Docteur Who? Cela donne juste envie de revoir des épisodes pour se remonter le moral. Et c’est assez que l’on voit des lapins en plus et il ne laisserait jamais un lapin mettre fin à ces jours. Sauf si vraiment un gros méchant extraterrestre. Bref, une lecture sympathique à garder dans sa bibliothèque et à ressortir quand le moral vacille.

Un lapin qui se suicide est toujours drôle. Andy Riley arrive à le prouver.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s