Les fleurs de grand frère – Gaëlle Geniller

Au printemps, on peut voir s’éveiller la nature. Mais cette année, le grand garçon de la maison à quelque chose de particulier qui pousse sur lui. Des fleurs se mettent à lui pousser sur la tête. Pourquoi?

C’était un jour comme un autre. Du moins, la famille le croyais. Mais voilà qu’au jour de printemps, des fleurs se sont mises à pousser sur la tête de grand frère. Voilà quelque chose de bien étrange. Il était inquiet en début. Ses parents le rassurent même s’ils n’ont jamais entendu parlé de ce phénomène. Le petit frère est émerveillé par cette chose un peu bizarre. L’adolescent voulait les couper car qu’est-ce que l’on allait penser de lui à l’école. Même avec des bonnets, c’est impossible de tout cacher. Peut-être les couper alors? Son père pense que c’est une mauvais idée.  » Mais tu ne les as pas encore écoutées ! « . Et en tendant l’oreille et en se concentrant, il finit par communiquer avec elle. Entre eux se créée un lien fort et une complicité. En plus, les fleurs deviennent plus jolies parfumées lorsqu’il est heureux. Seulement voilà l’automne arrive et ces petites plantes doivent dire adieu. C’est le moment pour elle de disparaître. Quel tristesse pour tout le monde. Le petit frère espère que lui aussi quand il sera plus grand, il vivre la même chose.

Quelle adorable histoire. C’est étrange, touchant et magique. Surtout que le récit se fait en partie à travers le regard d’un petit enfant d’où le titre « Les fleurs du Grand frère ». Quelle magnifique façon de parler de différence et de tolérance. Un signe distinctif fait que l’on se distingue dans la masse et souvent cela appelle à la raillerie. On n’aime pas trop les gens qui ne veulent pas ou qui ne sont pas comme les autres. On aime assez l’uniformisme. Normal qu’un enfant qui ne peut se fondre dans un groupe a peur des humiliations voir de la violence. N’y a t’il une autre façon de faire? Et s’il fallait être fier de soi, de ce que l’on est? Et pourquoi le jugement des gens que l’on aime et qui nous aime sincèrement avaient plus de valeur que ceux d’inconnus un peu bêtes? Un choix de point de vue qui peut changer les choses. Notre petit héros a fait ce choix. Ainsi où qu’il aille, c’est sans crainte, avec sourire et fierté. Gaëlle Geniller en plus d’une très jolie histoire nous propose un sublime graphisme, délicat, précis, plein de tendresse. Impossible de ne pas tomber sous le charme de cette bd. Lisez là et partagez là.

Voilà une bande dessinée qui a toute sa place dans votre bibliothèque pour mettre le merveilleux au service du courage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s