Chasma Knights – Boya Sun et Kate Reed Petty

Tous les Chasma Knights n’ont pas de pouvoir. Et quand on est Néon, il faut apprendre à développer ces propres compétences. Béryls va vous le prouver.

Béryl récupère de nombreux jouets qui ont été abandonnés dans la nature. En plus chacun d’entre eux possède un cœur dans une matière. Tout peut être utile. Rien ne se perd tout se transforme. Comme elle n’a pas de pouvoir comme les autres, ils se permettent de se moquer d’elle sans vergogne. C’est vraiment super de pouvoir donner vie aux choses d’un simple toucher. Mais est-ce vraiment le plus important ? Est-ce que la valeur d’une personne ne se mesure qu’à la grandeur de ces pouvoirs ? Béryl va prouver que non car la jeune fille à de la suite dans les idées. D’ailleurs Coro qui a le meilleur des pouvoirs va être intrigué par cette fille. On se moque d’elle et pourtant elle créé des choses de ces mains. Et en plus, elle n’achète pas à nouveau quand c’est casé, elle répare et fait de nouvelles choses. Son enthousiasme et son égocentrisme l’obligent quand même à utiliser son pouvoir sur des machines, malgré qu’on l’avait prévenu. Sans surprise la catastrophe arrive systématiquement. Béryl aide à tout retaper. Une nouvelle amitié vient de naître.

Comment parler de la société de consommation à vos enfants ? Comment leur faire comprendre que ce n’est pas forcément utile de vouloir le dernier téléphone portable à la mode quand le sien fonctionne ? la dernière paire de chaussures de telle marque pour paraître plus tendance auprès de ses potes ? Difficile de leur faire comprendre que la mode incite à l’achat et non à l’économie et au développement durable. La raison peut-elle être plus forte que les apparences ? C’est possible à condition d’avoir des convictions et on peut en avoir dès le plus jeune âge. Et il faut aussi des parents qui ont conscience de l’intitulé de la surconsommation. Cela fait beaucoup de facteur à réunir pour faire passer un message. Mais c’est une jolie tentative élégamment menée. D’ailleurs, c’est pour cela que l’histoire se déroule dans un autre monde et pas le nôtre. On peut considérer que vouloir sensibiliser la jeunesse c’est un peu de la fiction aussi. Toutefois, c’est très bien amené en faisant le choix d’une part du jouet. Jusqu’à l’adolescence le jouet a encore un intérêt et un sens, même s’il mute d’une peluche à jeu vidéo. Et d’autres parts sur l’amitié entre deux personnes différentes qui apprennent à se connaître, s’apprécier et se soutenir. Un joli message de tolérance qui touchera éventuellement un ou deux lecteurs. Malgré cet admirable message sur réparer plutôt que jeter, j’aurai apprécié une histoire un peu plus fournie, poussée et moins légère. On a l’impression que beaucoup de temps a été pris pour installer l’univers les personnages et en arrivant vers la fin il fallait absolument conclure. On a passé la seconde d’un coup et tout se précipite. On dirait un tome introductif à une série ce qui n’est pas le cas. Dommage.

Un sujet audacieux à destination des enfants qui résonne d’autant plus à Noël.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s