Céphéide – Clotilde Bruneau et Mélissa Morin

Ce n’est pas toujours facile l’adolescence. Et c’est encore pire lorsqu’on se réveille amnésique dans un lieu mystérieux. Une issue vers le retour à la normal est-elle possible ?

Cléo se réveille sans souvenir dans un lieu étrange. Il lui reste la capacité de parler, de comprendre et son prénom. Dans un premier temps cela sera suffisant. D’autres adolescents l’accueillent sans plus lui en dire. La cheffe viendra lui parler le lendemain et lui donner des tâches à faire. Abritée sous une taule, elle dormira dehors. Au matin, on va vite fait tout lui expliqué. Brindille possède la carte qui lui aurait été confié par des anciens pour mener tous vers la sortie de Céphéide. Elle lui confie la tâche d’être assistante chasseuse de monstres. Parfois à la nuit tombée, un monstre arrive et enlève un enfant que l’on ne revoit jamais. Peu de temps après débarque un nouvel adolescent. Le mythe veut que beaucoup s’en sont sortis et sont devenus adultes. En attendant, il faut chercher à s’enfuir. Brindille est-elle vraiment honnête sur ces intentions ? Le doute commence à se propager et la rébellion se met en place. Et si au final, personne ne savait ce qu’ils faisaient là et combien de temps ils resteraient ?

La couverture intrigue tout de suite. Nous avons deux adolescentes qui ne regardent pas le lecteur. Leurs regards se posent vers d’autres chemins. Et si cela happe notre intention, le pari de la dessinatrice est gagné. L’univers graphique change de ce que l’on peut voir surtout dans la bd jeunesse. C’est un subtil mélange entre le monde Dune, les déserts dans Star Wars, des photos de Mars, « Amer béton »… Le tout avec des dessins nets, des aplats de couleurs, des teintes sobres et chaleureuses… de Mélissa Morin. C’est l’atout charme indéniable de cette bd. Car l’histoire est tout autre chose. On tombe dans une société d’adolescents qui a tout oublié du monde d’avant. Ils s’organisent comme une société d’adultes avec une cheffe qui distribue les tâches à chacun et qui a une compétence particulière. Et il y a le mal, le méchant qui se présente sous forme de monstre qu’il faut impérativement chasser. Il enlève les enfants et après on ne les revoit plus. Sauf que Cléo se transforme en monstre après avoir trop bu d’une boisson un peu particulière. Après craché un caillou, elle redevient humaine. Car lorsqu’elle retrouve Moonsun, une nouvelle aventure se propose à elle. Ont-elles accepter de grandir ?  Je vous que je suis restée sur ma faim. Tout prend son temps pour être installé et après tout se précipite pour finir précipitamment. En effet, la question de l’organisation d’une société, les rapports entre les dominants et les dominés, la capacité de se remettre en question, d’assumer ces choix et surtout la volonté de ne passer à l’âge adulte sont abordés. Mais est-ce assez bien marqué, raconté pour en faire la différence ? pour capter plus l’attention du lecteur ? Est-ce que tout nous entraîne dans cette quête initiato-fantastique ? Malheureusement non. Toutefois, il est possible que le regard d’un adolescent pourrait être tout autre.

Une lecture qui vaut le détour au moins pour sa partie graphique. Mais pourquoi pas partager la lecture avec votre ado pour avoir son avis et discuter avec lui ?

L’avis de Malecturotheque : « Les personnages sont attachants et on a là une très belle histoire d’amitié (voire d’amour? Je n’ai pas réussi à savoir et en même temps, qu’importe, c’était beau et touchant).
Bref, je vous conseille Céphéide, c’est superbe et c’est original. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s