Otaku Girls – Tome 2 – Konjoh Natsumi

Est-il possible de comprendre une otakette passionnée de yaoi? Abe ne perd pas espoir et veut conquérir le coeur de Rumi. L’amour est dans l’air aussi pour d’autres personnes.

Quand les sentiments parlent, cela ne veut pas dire que les cultures sont similaires. Il faut apprendre alors à se comprendre pour pouvoir s’aimer. Mais c’est bien difficile à s’exprimer avec des mots. Que signifie qu’elle voudrait qu’il l’appelle Shinji et lui Kaoru. A quoi fait-elle référence? Le pauvre Abe se sent perdu face à Rumi. Par chance, quelqu’un va finir par lui souffler la référence à Evangelion. Qu’importe, puisqu’il ne l’a pas vu. A voir le comportement de Rumi, c’est important. Surtout qu’elle ne comprend pas ce qui lui arrive. Quand elle regarde Abe son coeur s’emballe. Il est trop tôt pour parler d’amour. Former un couple va prendre du temps et il va falloir construire des ponts. Cela va être difficile d’autant plus quand tout est observé par le trou des yaoi. Elle voit des choses qui ne peuvent vraiment exister. Matsui, elle conserve le cap de séduire Chiba. Quand il lui avouera ces sentiments, elle dévoilera les siens. Ils échangent un petit baiser avec de passer à des baisers langoureux. Puis la jalousie va monter en lui quand la demoiselle va mettre en avant sa superbe plastique. Est-ce le début d’une relation?

Je n’avais pas été totalement emballée par le premier tome. Même si prendre deux otakettes qui doivent faire face à des vrais sentiments est original. Abe et Rumi semblaient bien naïfs et leurs échanges risquaient de s’étaler avant d’être compréhensible pour ces deux étrangers. Heureusement que Konjoh Natsumi a introduit deux autres personnages plus terre à terre et expérimentés. Ainsi cela crée un véritable contraste et aussi apporte la touche humoristique. Car cette fois-ci, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer 30s. Je me suis laissée porter par ces deux histoires d’amour surprenantes et improbables. Toutefois, il y a quand même une remarque à faire sur la mise en page. Parfois, c’est écrit vraiment en tout petit, parfois de façon illisible. Est-ce que c’était présent dans l’édition japonaise ou est-ce du à la traduction? Cela reste désagréable de devoir se coller au manga pour voir le texte. Parfois, je n’ai pas fait l’effort et ça ne nuit pas à la compréhension. Les images ont également leur propre langage. Les lecteurs masculins devraient trouver également leur compte avec Matsui qui porte un bonnet G ce qui permet de faire beaucoup de plan sur sa poitrine très généreuse. Une opportunité aussi de lui faire porter des tenues très sexy comme un bikini ou une robe d’héroïne de manga. Ces jeunes hommes pourront se rincer l’oeil et se retrouver dans les otakus pervers. Un tome qui donne envie de poursuivre la série.

Dans le combat otakettes contre garçons qui aiment les otakettes, qui va gagner? L’amour et l’amitié?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s