Whispering – Les voix du silence – Tome 2 – Yoko Fujitani

Kôji se sent mieux depuis qu’il a rencontré Daichi. En plus, son père a donné son accord afin qu’ils puissent se revoir. Est-ce le début d’une belle amitié entre êtres singuliers?

Daichi n’a pas retrouvé Kôji. Il faut dire que son père n’avait pas donné son accord afin qu’ils se revoient. Mais un jour, le père de Daichi se met à suivre Kôji. Son téléphone vient de le lâcher et il voudrait faire réparer la batterie. Il pourrait avoir un nouveau téléphone, plus moderne. Il s’y refuse, il préfère garder l’ancien. Le père de Kôji accepte qu’il passe du temps avec son fils. Après tout, le jeune garçon peut le comprendre car lui était pareil enfant. Quelques jours plus tard, il l’appelle pour lui proposer de venir avec ces amis tenir compagnie à sa famille pour la chasse aux feuillages d’automne. Le pneu de voiture a crevé une fois arrivé sur site. Dans chaque contrariété se trouve un point positif. Ainsi, ils vont pouvoir passer une nuit dans une station d’eau chaude au frais de l’agence de location. Quel bonheur pour tout le monde. Une belle occasion pour se rapprocher et apprendre à se connaître. Kôji veut permettre à Daichi de se faire un ami. Il demande à une connaissance de venir avec son petit frère mais tout ne se passera pas bien. Daichi a t’il juste Gonta comme ami? Le chien possède un maître assez particulier. Et étrangement, il a un lien avec Kôji. Est-ce un hasard?

Yoko Fujitani met beaucoup de poésie dans son histoire fantastique. On s’était attaché à Kôji et Daichi et cela ne change pas dans ce tome, bien au contraire. Pouvoir communiquer avec ce qui nous entoure à quelque chose de merveilleux. Cette singularité incite à la solitude. Comment comprendre ce don? Difficilement pas ce n’est pas impossible. Peu de personne normal le peuvent. Mais certains oui comme les parents de Daichi et les amis de Kôji. Il faut parfois faire confiance aux autres et ainsi s’entourer des bonnes personnes. Quand ils sont là, on peut s’appuyer dessus pour se sentir mieux et avoir des piliers sur lesquels se reposer. Un apprentissage qu’il va devoir transmettre à Daichi. Est-ce acceptable pour jeune âge? Comment va t’il se sentir quand il perdre ces pouvoirs? Ses parents seront enfin rassurés? La confiance en lui a permis d’autres changements comme la prise de contact avec sa mère même fugace et l’approche d’une fille. Etre différent c’est aussi avoir une richesse que les autres n’ont pas. La citation d’Oscar Wilde « Soyez vous même, les autres sont déjà pris » prend ici tout son sens. Et quand on arrive à la dernière page, on a juste envie de rester à leur côté. On veut les soutenir et qu’il donne en retour leur amitié.

Une suite qui se permet d’aller au coeur des sentiments et de la confiance en soi. Ressentir le monde doit-il couper du monde?

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s