Les histoires (presque) vraies de Mathilda – Susanna Mattiangeli et Rita Petruccioli

Quand on est enfant, on s’imagine des aventures, des rencontres, des choses extraordinaires… Parfois, certains écrivent tout ce qui leur passe par la tête. Comme Mathilda qui invente et parfois vie ses rêves.

Ce n’est pas tous les jours faciles à l’école primaire avec tous les devoirs, écouter, répondre aux questions de la maîtresse. Mathilda adore les vacances. Sauf que pendant cette période, elle ne peut pas voir ce garçon dont elle est tombée amoureuse : Raphaël Donnet. Elle aimerait tellement lui dire qu’elle l’apprécie mais sa timidité l’en empêche. Par chance, une fois, la jeune fille prend son courage à deux mains et s’approche de lui en cours de sport. Ils ont pu échanger. Cela lui a au combien réchauffer le cœur, surtout qu’ils prévoient de se revoir. Pouvait-elle rêver mieux ? Oui, elle adorait rencontrer son auteure préférée, Clarissa Queen qui dessine les aventures de PowerCat. Pourquoi ne pas lui écrire pour lui demande s’il serait possible d’aller la voir à Londres ? A sa grande surprise, elle a accepté. Direction l’Angleterre avec sa meilleure amie et ses parents. Un nouveau magnifique souvenir en perspective.

Dès le livre en main, on a envie de s’attacher à Mathilda. Rita Petruccioli réalise de très jolies illustrations dans tout l’ouvrage. Elles sont à l’image de la couverture chaleureuse et pétillante. Le choix de mise en page valorise les dessins. Car au lieu juste d’être sur une page pour la décorer, ici les dessins sont au cœur du récit, les personnages entourent toute la page, il est inclus dans des petits mots… Bref, il fait vraiment parti de l’aventure de cette pré-adolescente. Pour ce qui est de la police, elle reste assez standard comme sa taille et les interlignes. Le texte respire pour faciliter la lecture. Visuellement, l’ensemble est très plaisant et les pages se tournent avec plaisir. Surtout que les fonds de page différes selon les éléments que cela soit des lettres pour la Mathilda adulte ou pour les histoires qu’inventent la petite fille. La variété évite toute lassitude possible chez un jeune lecteur. Puis, Susanna Mattiangeli a fait le choix de ne pas raconter une histoire complète. On assiste à des moments du quotidien de la vraie vie ou imaginaire de Mathilda, écrite de façon brève. Ainsi cela limite les soucis de compréhension, de concentration et permet au lecteur de pouvoir s’arrêter à un endroit sans qu’il risque d’oublier la trame générale. Un petit livre écrit de façon très intelligente pour séduire de futures lectrices avant de les appâter progressivement.

Un petit livre idéal pour les jeunes filles à l’école primaire qui ont marre de la maîtresse et qui aiment les garçons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s