Léa et les oiseaux – Katia Klein

Comment faire pour profiter chaque jour du chant des oiseaux ? Léa a son idée. Mais pourra t’elle la concrétiser comme elle le souhaite ?Léa est tranquillement endormie dans sa tente entourée de bd, de jeux, d’un appareil photo, d’une paire de jumelle… Quand soudainement elle entend le chant d’un oiseau. Ni une, ni deux, elle quitte son sac de couchage pour tendre l’oreille. Un oiseau chante et il n’est pas loin. Elle ouvre la fermeture éclair de la tente une épuisette en main. Elle trouve rapidement l’oiseau en question. Doucement, la fillette s’approche pour le capturer. Par malchance, il est plus rapide qu’elle. Mais ce n’est qu’une question de temps et de persévérance. Car elle finit par l’avoir pour l’enfermer dans une grande cloche en verre en pleine forêt. Une petite fenêtre permet de le faire rentrer dans cette lieu transparent. Accompagnée de ces amis de la forêt comme l’ours ou le lapin, ils se mettent à faire de la musique pour accompagner le chant de tous les oiseaux enfermés. Dès qu’elle peut attraper un nouveau volatile, elle y court pour l’enfermer avec les autres. Seulement voilà, les oiseaux perdent goût à la vie et n’ont plus envie de chanter. Léa décide de faire de la musique pour les inciter à les suivre. Seulement, ils chantent tellement faux que le verre se brise et les oiseaux retrouvent leur liberté. Tous ensemble, dans la nature, ils expriment leur bonheur.

Avec un regard d’adulte on peut déjà se demander comme une enfant mineure peut dormir seule dans la forêt, puis qui à créer une cloche en verre dans ce lieu reculé et comment elle a été emmenée là. Après, on peut même se demander avec qui elle joue aux dominos. Est-ce avec l’ours et le lapin, ces copains ? Aucun doute qu’un enfant de 3 ans, ne voit rien de cela. Il possède encore une innocence envers le monde qu’il perdra assez vite en grandissant. Cette bd, il pourra la lire seul comme un livre objet. Le premier atout est l’absence totale de texte ce qui rend le travail de création un peu plus difficile. L’image doit tout dire et tout raconter sans aucune ambiguïté. Puis le second atout, l’enfant peut prendre ce qu’il veut aussi et changer la donne par rapport à son imagination. Katia Klein trouve la parfaite harmonie avec son dessin clair et très coloré. Le personnage principal, Léa, n’est pas une gentille et douce enfant. Pas du tout, elle capture des animaux pour les enfermer afin d’en profiter de leur chant. Aucun doute que les enfants pourront s’identifier à elle car eux aussi ont tendance à faire des bêtises, sans aucun scrupule. Au finale, les oiseaux retrouvent la liberté et tout le monde reste heureux quand même. On peut essayer, se tromper et apprendre de ces erreurs. Les autres ne doivent pas forcément répondre à tous nos désirs même enfant.

Un livre charmant pour initier les enfants au 9ème art.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s