Bakuman – Tome 1 – Tsugumi Ohba

Quand on demande à un adolescent ce qu’il veut faire plus grand, la plupart ne savent quoi répondre. Et puis, il y en a d’autres qui ont de grands rêves. Mashiro et Takagi arriveront-ils à devenir mangakas ?

Mashiro adore dessiné et Azuki l’inspire beaucoup. Il est amoureux d’elle depuis l’école primaire et n’ose pas lui avouer. Alors il se contente de la regarder et de laisser son imaginaire prendre le pouvoir crayon en main. Pendant le cours de maths, son esprit vogue ailleurs. Une fois rentré chez lui, il s’aperçoit qu’il a laissé son cahier dans la classe. Il ne veut pas que quelqu’un le prenne et découvre ses dessins. Seulement voilà, une fois en classe, Takagi l’attend de pied ferme avec son cahier. Que veut-il de lui ? Ce n’est pas le genre à faire du chantage. Il a une proposition à lui faire, quelque chose de congrès pour manier leurs deux talents. Ensemble, ils pourraient devenir mangaka, lui aux dessins et Takagi au scénario. Mashiro ne se laisse pas convaincre tout de suite. Mais va finalement lui dire oui car secrètement, il voudrait devenir mangaka, comme son oncle qu’il aimait tant. Il est mort d’épuisement il y a 3 ans. Maintenant qu’il a pris sa décision, il faut l’accord des parents car il va en passer du temps à créer au lieu de réviser. Sa mère refuse catégoriquement. A sa grande surprise, son père et son grand-père acceptent avec empressement et fierté. Cadeau génial, son papi lui donne les clés de l’atelier de son oncle pour qu’il travaille. On n’aurait pas pu lui faire plus plaisir. A 14 ans, il a déjà son propre lieu pour créer. Pendant les vacances, Takagi et lui vont créer l’ébauche d’une histoire pour la proposer au magazine Jump. Ils sauront à quoi s’en tenir ainsi. Que va leur réserver ce rendez-vous ?

On pourrait dire encore un manga sur des garçons qui veulent devenir mangaka. Ils doivent en avoir pléthore au royaume du soleil levant pour que l’on en trouve tant dans l’autre pays du manga, la France. Deux adolescents ont le choix entre faire un métier standard, sans passion mais qui rassure la famille. Ou devenir mangaka et flirter avec l’imprévisible avec le regard plein de jugement d’une part de la population. Ils vont essayer de ménager la chèvre et le chou pour se laisser des possibilités. Est-ce réalisable ? Ce n’est que le premier tome d’une longue série ce qui vous l’aurez compris ne mérite pas une réponse courte et simple. Aucun doute que les jeunes garçons vont vivre mille et unes aventures auxquelles ils ne s’attendent pas. Ce qui peut surprendre est le choix de Tsugumi Ohba de mettre une histoire pleine de naïveté.

Mashiro est amoureux d’une fille et n’ose pas lui parler. Un concours de circonstance lui fait demander en mariage la demoiselle s’il arrive à créer son manga en animé pour qu’elle fasse le doublage d’une voix. Il faut que les adolescents se marient pour apprendre à se connaître et non se fréquenter comme de bien ordinaire ? J’ai l’impression de voir un scénario d’un autre temps où le père de famille vendait sa fille pour l’honneur et la puissance liés à son nom. L’ultime preuve d’amour le mariage sans se connaître ? Peut-être que la situation va évoluer au fur et à mesure du manga vers quelque chose de plus réaliste même pour des gens timides. La seule façon de le savoir est de lire le tome 2 pour me faire un avis plus complet.

Un manga qui devrait plaire aux adolescents qui rêvent de devenir dessinateur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s