Lulu et Nelson – Tome 1 – Charlotte Girard, Jean-Marie Omont et Aurélie Neyret

Le cirque et le domptable c’est tout ce qu’elle connaît du monde. Alors quand les lions meurent dans un terrible accident, il en faut de nouveaux. Direction l’Afrique du Sud pour en trouver.

Lohita est vraiment très mécontente et triste à la fois. Elle doit quitter Bangalore en Inde pour déménager à Naples en Italie. Pourtant sa vie est ici surtout auprès des éléphants. Peu de temps avant son départ, elle reçoit une lettre de sa grand-mère, Lulu, qui souhaite lui remonter le moral. Elle a une histoire à lui raconter qui devrait lui plaire. « La vie ne prend pas toujours le chemin le plus court pour nous mener là où elle doit nous mener. Elle aime les détours. Et ceux-ci regorgent d’émotions inconnues, d’expériences inédites, de couleurs douces ou piquantes, de rencontres magiques… »

Quand elle était enfant, elle vivait dans un cirque car ces parents étaient dompteurs de fauves. Son meilleur ami était Cyrus, un lion, né le même jour qu’elle. Ils étaient très proches. Mais un soir, lorsqu’elle avait 9 ans, lors d’un numéro devant le public, l’une des bêtes, à agresser sa maman qui est morte. Son père lui a interdit d’approcher les animaux. En cachette, elle continuait à voir son ami, lui n’avait rien fait. Quand, elle sera grande, elle fera comme sa maman dompteuse, qu’importe ce qu’en disait son père. Un soir, suite à un violent orage, un incendie se déclare dans la cage des animaux. Tous vous mourir. Lulu est dévastée de douleur d’autant plus quand on père lui annonce qu’elle va aller à l’école et en pensionnat. Cela n’a aucun sens pour elle. On trouve de nouveaux fauves et le spectacle continue. Un gardien de zoo lui apprend qu’on peut en trouver en Afrique du Sud et un cargo y part le lendemain soir.

En catimini, elle y monte pour sauver sa famille. Quelqu’un avertit le père des agissements de Lulu. Lui aussi monte sur le bateau qui les emmène sur cette nouvelle terre. En négociant, on leur permet de rester 24h pour prendre le prochain bateau. Seulement voilà, dans les rues des gens luttent pour l’égalité des noirs. La manifestation tourne court avec les réprimandes de la police. Quand le père protège un enfant qui allait être battu par un policier, le voilà emmené en prison. Par chance, Nelson reste à ces côtés car c’est lui que son père à protéger. Elle apprend ce qu’est la ségrégation, la pauvreté et sa découverte du monde ne va pas s’arrêter là.

Au premier regard, je suis tombée sous le charme de la couverture. Deux enfants qui courent, un magnifique lion, des oiseaux à la tombée de la nuit sous un magnifique ciel bleu étoilé tout est réuni pour nous intriguer. Puis il y a cette autocollant « Par l’autrice de Les carnets de Cerise ». En fallait-il plus pour m’inciter à la lecture ? Absolument pas. Et dès les premières cases, nous sommes emmenés dans un ailleurs mystérieux. Le jeune lecteur se retrouver face à une enfant qui ne veut pas déménager. Puis elle se plonge dans une lettre écrite par sa grand-mère. Des enfants peuvent connaître et aimer ce mode de communication. Un courrier demande de prendre du temps pour l’écrire et demande à celui qui la reçoit de prendre le temps de la lire. Un temps nécessaire puisqu’on va faire un bon dans le passé, dans l’histoire de cette mamie, enfant. Quand on a grandi dans un zoo et que l’on a 9 ans que connaissons-nous du monde ? Pour Lulu aller chercher un lion en Afrique du Sud semblait logique. Comment pouvait-elle savoir qu’ils pouvaient vivre libre sans l’homme ? Quelque chose que dit qu’elle l’apprendra dans la suite des aventures. Pour l’instant, il fallait présenter les personnages principaux avec Lulu et Nelson, puis le contexte de leur arriver dans un pays étranger et amorcer le début de l’aventure. Le garçon se nomme Nelson, il est noir et parle des droits de l’Homme à Lulu. Un prénom, bien entendu, qui n’a pas été choisi au hasard, surtout en Afrique du Sud.

Que l’on soit enfant ou adulte, on se laisse porter et on tourne les pages avec plaisir. L’univers graphique n’est pas sans rappeler aussi « Les carnets de Cerise » mais dans une autre atmosphère. C’est la charmante touche d’Aurélie Neyret. J’ai l’impression que bien Karen Blixen va débarquer nous parler de son amour de l’Afrique. Ou encore que bientôt Joseph Kessel va nous partager son fameux roman « Le lion ». Le trio d’artiste a su touché le public qui va aimer cette bd et attendre avec impatience la suite.

Un premier tome qui promet une suite audacieuse, réfléchit et plein de tendresse. A quand le tome 2 ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s