Arte – Tome 7 – Kei Ohkubo

Arte voudra t’elle rester aux côtés de la famille Fariel? Doit-elle sa place à son statut de femme noble et artiste? Ou est-elle vraiment une vraie artiste à part entière?

Arte ne connaît plus de moment de tranquillité. Caterina s’en rend compte. Elle n’a plus de temps à lui accordé. Et elle voit bien qu’elle ne prend plus le temps de manger ou de dormir. Cette situation en peu plus durée. La jeune artiste s’active d’autant plus depuis qu’un de ces confrères lui a fait une remarque : « Vous en avez de la chance d’être une femme, une aristocrate de surcroît ! ». Est-ce qu’il faut comprendre qu’elle ne pourrait pas être remarquée ou reconnue comme peintre si elle n’aurait été ni femme ni aristocrate? Voilà une réflexion qui sème le doute en elle. Alors seule dans sa chambre elle redouble d’effort. Surtout qu’elle a des tableaux à rendre qu’on lui a commandé. Est-ce que la famille Fariel ne voit pas en elle du potentiel? Son acharnement la pousse inlassablement à se surpasser. Caterina organise un repas et l’oblige à être présente. Toutefois, elle ne pourra pas en profiter car elle s’évanouie. Il va falloir changer de rythme de vie. Avant de cela, elle apporte les dernières touches à son oeuvre pour les montrer à ces hôtes. Une chose étonnante va se passer. Caterina accompagnée de son amie va retrouver l’homme qui lui a dit cette phrase pour lui montrer le portrait d’elle. Son opinion changea et reconnut en Arte une véritable artiste qu’une simple femme aristocrate. C’est le signe qu’il faut un nouveau départ.

C’est toujours un plaisir de retrouver Arte. Une jeune femme, motivée, passionnée qui se donne à fond dans tout ce qu’elle entreprend. Elle force le respect dans un monde d’hommes. Elle convainc les plus retissants de sa valeur et s’attache des affections sincères. Venise lui a beaucoup apporté et pas seulement comme peintre. Cette nouvelle aventure illustre sa capacité à aller de l’avent. Comment ne pas apprécier notre héroïne? A la fois humble et courageuse et inspirée d’une artiste réelle. Kei Ohkubo arrive inlassablement à trouver des rebondissements pour nous inciter à poursuivre les aventures. Ce tome annonce la fin d’un cycle pour un nouveau qui nous promet de nous surprendre. Avant cela, il faut finir en beauté ce séjour à Venise pour ouvrir de nouvelles possibilités. Que nous réserve la mangaka pour la suite? Nous le saurons très bientôt.

Un tome qui se dévore d’une traite tellement c’est passionnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s