Une aventure avec Cyrano de Bergerac – Katherine Pancol et Lespeli

Enzo s’ennuie. Sa grande soeur lui propose alors une activité passionnante. Que dirait-il de se plonger dans un bon roman?
« Pff, qu’est-ce qu’on pourrait faire… » se lamente Enzo. Paloma lui propose de partir en quête d’aventure. Que dirait-il de partir à l’intérieur d’une passionnante histoire? Assez tous les deux avec leur chien Pipo, ils se plonge dans « Cyrano de Bergerac ». C’est là qu’ils arrivent dans une rue à la rencontre de Cyrano. De façon étrange, l’homme porte une grande écharpe lui cachant son nez. Il n’ose pas montrer cette partie de son anatomie de peur de se faire moquer. Surtout que dans la rue se trouve Montfleury qui lui lance de nombreux quolibets. Comment ne pas fuir devant tant d’humiliation? surtout si c’est devant Roxanne? Mais à un moment, il faut prendre son courage à deux mains. Alors il monte sur scène en dégageant Montfleury et fait preuve d’éloquence. Voilà qui a charmé sa cousine et lui a redonné de la force.

Je portais beaucoup d’espoir dans ce livre. « Cyrano de Bergerac » est une pièce que j’apprécie énormément et je n’hésite jamais à aller la voir sur les planches. Souvent il est étudié à l’école, bien trop tôt pour être comprise et appréciée. J’espérai que ce petit ouvrage serait ce pont pour permettre d’apprécié l’histoire par les plus jeunes. Et au lieu de montrer un homme brave, courageux et prêt à tout on découvre un homme peureux, renfermé et timide. Quel dommage de ne pas découvrir le pouvoir des mots qu’il utilise à toute occasion. Surtout que dans la pièce c’est dès le début qu’il humilie Montfleury sur scène. De plus, il défit qui que se soit aux mots et à l’épée et peu risque de se moquer de lui. On pourrait parler de la notion de beauté, il se sent laid mais l’est-il? Qu’est-ce que la beauté? L’amour ne peut-il exister qu’entre gens beaux? La pièce de théâtre est tellement riche et ouvre tellement de possibilité de sujets qu’il est navrant de le réduire à ce qu’il n’est pas. Même si en effet Cyrano aime la belle Roxanne qu’en est-il de Christian? de sa mort? des lettres? de la scène du balcon? du voyage dans la lune? de la guerre et du couvent? Rien dans ce livre ne permet d’apprécier le talent d’Edmond Rostand. Et quitte à découvrir un récit revisité autant aller au théâtre car le génie, là sait s’y épanouir pour nous émerveiller.

Une vraie déception de lecture qui mérite d’échouer dans une boîte à livres. Peut-être que quelqu’un lui trouvera une autre vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s