Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer – Anneliese Mackintosh

Quand on ne profite de la vie uniquement en buvant de l’alcool. Est-ce vraiment profiter des choses et de la compagnie des gens ? Ottila commence à en douter.

Dès que la journée de travail se terminait, c’était soirée picole avec les copines. Pas un seul verre mais boire jusqu’à oublier ce que l’on avait fait. Elle ne compte plus les mecs et les nanas baisés vite fait à droite et à gauche. L’ordinaire se résumait à avoir la gueule de bois tout le temps. Le remord a commencé à la toucher quand son père a tenté de l’appeler et qu’elle n’a pas pu décrocher. Il lui a laissé un message sur le répondeur. C’était juste avant qu’il meure. La rancune envers soi à commencer. Puis à un moment, elle a décidé de changer. Elle pouvait devenir une gentille fille comme le voulait son papa et pour cela il faut arrêter l’alcool. Pour cela, elle n’y arrive pas toute seule. Elle se fait aider par un psy qui va l’aider à lui donner confiance en elle. Le changement n’est qu’une question de volonté. Pourra t’elle y arriver ? Pour aller de l’avant, il faut aussi laisser derrière soi les relations toxiques. Fini les petits 5 à 7 avec le boss, André. Rien de bon ne peut sortir de cette liaison. Des bonnes résolutions difficiles à tenir mais pas impossible ? D’ailleurs, très vite, elle va en ressentir les effets positifs. Meilleur santé, plus d’énergie et pleine conscience de ce qu’elle fait. Alors elle prend le devant pour séduire Thalès qui lui plaît bien. Sans peur, la jeune femme lui annonce son renoncement avec l’alcool. Une nouvelle aventure affective ne peut se faire que sur une base d’honnêteté. Va-t-elle arriver à suivre le chemin de l’épanouissement personnel ?

Comme nous sommes chez Milady, faut-il s’étonner de trouver une histoire d’amour pour femme adulte ? Un genre un peu plus raffiné que l’on peut trouver chez un concurrent historique : Harlequin. C’est l’héroïne, Ottila, qui raconte sa vie à travers des séances de psy, son « Petit livre de bonheur », ses mails et sms à son entourage et aussi ces lettres manuscrites. Ainsi tous les aspects de la personnalité sont dévoilés avec son lot de vérité, de secret et de mensonge. Une façon de permettre à certaines lectrices de pouvoir mieux s’identifier. Tout semblait réuni pour faire une bonne histoire : un titre original, une jolie couverture, un personnage avec des faiblesses qu’elle montre et du courage pour l’affronter, les échecs suite à des promesses que l’on ne tient pas, la culpabilité… Et pourtant, les choses s’étendent en longueur encore et encore. Sa sœur veut mourir, est-ce à cause d’elle car elle était méchante avec elle enfant ? Sa mère se sent seule et commence à picoler, doit-elle faire quelque chose ? Des descriptions et des états d’âmes qui finissent pas ennuyer. Puis voilà qu’elle rencontre un mec qu’elle apprécie. Alors elle le quitte pour se remettre avec lui. Se succèdent des hauts et des bas pour finir dans un pseudo happy-end où le bonheur n’est pas flagrant. D’ailleurs le mot de fin pourrait-être : « tout ça pour ça ? ».

Une lecture qui aurait mérité plus de rebondissements ou d’accomplissements pour être satisfaisant. A moins que cela soit une façon de nous inciter à lire des romans noirs. Au moins là, on n’a pas de souci avec l’espoir.

4 réflexions sur “Le putain d’énorme livre du bonheur qui va tout déchirer – Anneliese Mackintosh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s