L’herbier du Petit Chaperon rouge – Laurent Audoin, Lionel Hignard et Yannick Fourié

Vous voudriez bien faire un petit herbier qui pourrait faire fuir le méchant loup ? Que diriez-vous d’accompagner le petit Chaperon dans sa ballade ? Vous cueillerez des plantes mystérieuses.

Tout commence avec un conte de Charles Perrault : « Le Petit Chaperon rouge ». Presque tous les enfants connaissent l’histoire de cette petite fille qui est envoyé voir sa grand-mère malade. Le loup a eu vent de cette information et en profite pour la devancer. Une fois devant la maison de la mamie, il se fait passer pour elle et entre. Comme il avait faim, il mange la mère grand pour prendre sa place dans le lit. Et quand le Petit Chaperon rouge arrive et s’approche de sa tendre mamie, elle se fait dévorer. Si vous souhaitez avoir une analyse de ce conte pour endormir paisiblement les enfants, je vous conseille « Psychanalyse des contes de fées » de Bruno Bettelheim.

Laurent Audoin et Yannick Fourié ont illustré ce conte avec un mélange de graphisme à la main avec des petits personnages avec traits apparents et des éléments naturels pris en photo. Un mélange harmonieux qui apporte une certaine douceur à ce texte assez horrible. Précède à cette partie une petite découverte de plantes pour faire son herbier comme pourrait le faire le Petit Chaperon rouge en se baladant dans la forêt avant de se faire manger. Ainsi on découvre sur une page, une véritable photo d’une plante séchée, son nom et quelques informations. Ce n’est pas tout. Puisqu’à nouveau on retrouve ces illustrations à mains levées qui donnent un côté à la fois enfantin et merveilleux. C’est très joli à regarder. A chaque plante, on trouve un vraie conseil d’un enfant fictif pour effrayer le loup pour être tranquille. Sur l’autre page, la page est vierge afin que le jeune lecteur puisse mettre lui aussi la même plante.

Un charmant livre que l’on plaisir à regarder tout d’abord puis lire. Aucun doute que les enfants se laisseront séduire par cette mise en page délicate proche du merveilleux. En tout cas, en tant qu’adulte le charme à fonctionner. Même si j’aurais aimé avoir plus d’informations sur les plantes, de voir à quoi elle ressemble vivante et sécher et surtout où les trouver. Est-ce qu’un enfant vivant sur Paris pourra facilement cueillir ces fleurs ? J’en doute. Après rien n’empêche de détourner le livre en incitant l’enfant à dessiner la fleur et de s’approprier ainsi l’ouvrage. Aucun doute que cela leur donnera envie de ramasser des feuilles ou des fleurs un peu partout et de les glisser dans des livres. C’est une petite bulle de fantaisie dans un monde trop pragmatique.

Un ouvrage charmant qui saura enchanter les plus jeunes pour leur faire croire encore un peu en la magie du monde. Même si au final, le Petit Chaperon rouge trop naïve se fait dévorer à la fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s