The Promised neverland – Tome 13 – Kaiu Shirai et Posuka Demizu

La motivation est plus forte que jamais car il existe forcément une issue à cette situation improbable. Et même si certains d’entre eux vont devoir mourir, c’est pour rendre la liberté à tous. Mais la liberté est-elle possible ?

Tout semblait rentrer dans l’ordre puisqu’enfin ils ont trouvé les réponses à la plupart des questions. Retrouver le monde des humains semblent presque à porter de main même s’il reste beaucoup de choses à organiser. C’est à ce moment où chacun s’y attendait le moins que le refuge est attaqué par un commando de soldats humains. Il veut tous les tuer jusqu’au dernier. Comment est-ce possible ? Emma voit mourir les siens mourir devant elle. Pourquoi des humains voudraient tuer des humains ? James Ratri ne veut pas que le pacte avec les extraterrestres soit rompu. Il a bien trop à perdre dans l’histoire. Après tout, ces enfants sont justes de la nourriture et rien d’autre. Même si quelques cadavres vont parsemer le chemin, une bonne nouvelle va changer la donne. Minerva a lancé un plan de secours pour libérer les camps d’élevage. Est-ce vraiment la réalité ? ou cela cache t’il autre chose de plus sombre ?

Kaiu Shirai trouve toujours le moyen de rendre chaque tome de cette série assez haletante. Quand on pense enfin arriver à un élément qui va aider à leur libération, il arrive quelque chose d’improbable. Minerva existe bien et vient au secours de tous les enfants enfermés. Mais cet homme est-il vraiment le bienfaiteur qu’il veut faire croire ? On doute même de l’honnêteté de certaines actions. Le scénariste aime bien nous surprendre en court de route même si nous nous rapprochons de la fin. Il met toujours en exergue la volonté, le courage, le travail de groupe et l’abnégation. Ainsi, il fait tuer les plus vieux qui se sacrifient pour sauver le groupe. La mort ne se conjugue plus uniquement à l’extraterrestre. L’humain devient une victime qu’elle soit pour ou contre le système de ferme d’élevage. Une ambiance un peu tendue se fait ressentir. Les sentiments n’arrêtent pas d’être sollicité car entre peur et espoir, nos personnages n’ont pas de répit. Ils ne pourront le connaître soit libre soit mort. Les planches de Posuka Demizu contribuent à donner du dynamisme et du stress grâce à la précision dans les mouvements, les choix de cadrage audacieux et les expressions des visages. Un duo artistique très complémentaire qui nous plonge encore une fois en totale immersion dans ce monde si singulier.

Un nouveau tome qui se lit d’une traite avec passion et curiosité. Maintenant, il nous reste à patienter pour savoir ce qui va arriver à tous ces jeunes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s