Otaku Girls – Tome 1 – Natsumi Konjoh

Est-il possible de conquérir le cœur d’une otakette passionnée de manga yaoi ? Takahiro va mettre tout son cœur à la convaincre de profiter du monde réel, loin de celui des bulles. Sera-t-il assez persuasif ?

Rumi est une étudiante assez discrète. Sous ces airs innocente ce cache une véritable otakette obsédée par les mangas yaoi. Alors quand elle aperçoit par hasard Shunsuke, le playboy du lycée montrer son torse à son ami Takahiro, elle s’imagine entre eux une relation homosexuelle. Une émotion trop forte qui lui fait couler du sang du nez et elle tombe dans les pommes. Les deux amis viennent à sa rescousse. Takahiro veut s’excuser de ce qui lui est arrivé et lui propose de faire une chose pour elle. Cela tombe bien car elle voulait un modèle vivant pour son atelier de dessin. Lors de la séance, doucement le comportement de Rumi dérive amenant à une situation pleine de quiproquo comme le fait qu’elle veule voir de prêt une érection dans un pantalon. Ce qui va titiller la curiosité de Shunsuke et de Matsui qui en pince pour ce dernier. Les trois adolescents vont plonger dans le monde fantasmé de Rumi et vont tout faire pour trouver le chemin de son cœur. Mais est-ce possible pour une fille qui a une vision du monde fossé par la lecture de mangas gays ?

Il faut savoir que le manga yaoi est un genre qui parle de relations amoureuse et sexuelles entre hommes à destination d’un public féminin. L’amour décrit dans ce genre n’a rien à voir avec les histoires souvent niaises que l’on peut trouver du côté hétéro. Le jeu de séduction y est plus court pour passer assez rapidement au plus profond du sujet. Rumi, l’héroïne a force de lecture et de visionnage d’animés à une vision assez déformée du monde réel. Tout est vue à travers le prisme de l’homosexualité masculine. Forcément cela amène à des situations assez improbables surtout quand un garçon lui fait du charme. Une histoire assez singulière qui tranche avec ce que l’on peut lire. Par contre, cela ne donne pas une image très valorisante des fujoshis (fan de yaoi). En tout cas, vous passerez un bon moment dans cet univers singulier otakette versus non otakette/otaku. Vous serez pris au dépourvu par cet humour décalé parlant des premiers amours et des gens à part. Natsumi Konjoh propose un dialogue simple, dynamique et efficace donnant un rythme assez ténu à ce premier tome. Que va-t-elle nous réserver pour la suite ?

Un manga insolite qui saura vous faire rire ou vous surprendre. Qui du yaoi ou de la réalité va gagner sur Rumi ? Affaire à suivre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s