March comes in like a lion – Tome 2 – Chica Umino

Rei poursuit son parcours de joueur professionnel de Shôgi. Par contre, il descend dans le classement. Est-ce le début de la fin ?

Rei, 17 ans, reste toujours aussi renfermé. Il n’a pas d’ami au lycée ni vraiment en dehors. En effet, le fait d’avoir perdu ces parents et sa petite sœur lors d’un accident a été un rude traumatisme. Puis pour avoir une famille de substitution, il a vite accepté la condition de jouer au shôgi. Même si en grandissant, il n’a pas tissé de lien avec les enfants du maître de ce jeu. Ils jalousaient la relation qu’il avait avec leur père. Alors que lui voulait juste un endroit où grandir. Quand il a pu, il est parti. Pour survivre, il est passé joueur professionnel. Aime t’il ce jeu ? Il n’en ait pas certain. Est-ce si important ? Sa demi-sœur revient dans sa vie quelques jours. Juste ce qu’il faut pour le traumatiser et le renvoyer à une autre époque. Elle sait y faire. Qu’importe, il va se concentrer et faire de son mieux pour gagner des parties de shôgi pour ne pas changer de catégorie. Doucement, Rei se rend compte qu’il n’est pas aussi seul qu’il le croit. Des personnes l’adorent malgré sa timidité et le lui montre.

Chica Umino poursuit son manga thématique avec son personnage Rei. Il fallait bien trouver un angle original pour aborder l’échec japonais : le shôgi. Jeu assez méconnu en dehors du pays du soleil levant avec des règles assez complexes. D’ailleurs, la mangaka fera des encarts pour permettre aux lecteurs de connaître certaines subtilités du jeu. Elle ira plus loin, en intégrant d’une part des parties au cœur du récit, normal puisque l’on suit un joueur professionnel. Mais aussi en faisant que les personnages secondaires découvrir ce jeu et souhaitent s’initier. Le jeu assez compliqué peut-être abordé de façon plus ludique et drôle. Nikaidô fait le lien entre le jeu comme passion et plaisir et la compétition. Deux mondes différents et pourtant complémentaires. Ce personnage donne le côté comique aussi et est l’opposé de Rei, plus renfermé. Un contraste qui donne du dynamisme à l’histoire car cela amène toujours des situations drôlatiques. Et les sœurs Kawamoto, Akari, Hinata et Momo apportent le côté douceur et bienveillant dont il manquait. Des gens qui sont à leur manière une famille qui prend soin de lui. Quel joli message plein d’espoir. Est-ce que cela va suffire à lui donner assez de confiance pour devenir un excellent joueur professionnel et un garçon épanouie dans sa vie de tous les jours ?

Un nouvel épisode dans la vie de Rei, orphelin et joueur de shôgi. Va-t-il finir par devenir un adulte heureux ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s