Ikigami, préavis de mort – Tome 1 – Motorô Mase

Comment réguler une population sans faire de discrimination ? Rien de plus simple, certains recevront une capsule qui les tuera à un moment donné. Mais rassurez-vous, les personnes le sauront 24h00 avant de mourir.

Dans une société fictive mais qui ressemble assez au Japon, l’Etat a pris une décision. Afin que la population se rende compte de la valeur de la vie, une « loi pour la sauvegarde de la prospérité » a été votée. En quoi cela consiste ? C’est assez simple. Tous les enfants dès qu’ils rentrent à l’école primaire se font vacciner. Dans 1 seringue sur 1 000 se trouvent une micro-capsule indétectable et létale qui explosera à une date précise entre les 18 et 24 ans de la personne. Après 24 ans, vous serez tranquille pour profiter de la vie. C’est important de savoir quand les gens vont mourir, car des personnes vont être chargées de remettre un ikigami, un préavis de mort à la personne 24h00 avant la date fatidique. Kengo Fujimoto fait parti de ces fonctionnaires sélectionnés pour remettre ce petit bout de papier qui change toute une vie. Toute remise en question du système engendrera la pose d’une capsule. Mais le fonctionnaire commence à se poser des questions sur la justesse de ce système. Pourquoi tuer des gens en pleine force de l’âge ? Rien n’est laissé au hasard puisque les familles touchent une pension pour les remercier de se sacrifice. Et si la personne qui doit mourir créée des dégâts, la famille ne gagne pas d’argent, doit rembourser les préjudices et surtout devient honteuse. Deux personnes dont le temps est compté vont réagir différemment face à la situation. L’un voudra crier vengeance et l’autre son amitié. Y a-t-il une bonne façon d’agir ?  Est-il possible de changer quelque chose à ce système arbitraire ?

Motorô Mase débute sa série en 2005 dans le magazine Young Sunday. En 2008, il finit sa série au bout de 20 chapitres, soit 10 tomes. En janvier 2009, les éditions Asuka adaptent le manga qui rencontre également un succès auprès des lecteurs qui lui permettent de recevoir des prix (prix spécial BD des Utopiales en 2009, prix Polymanga 2010 du meilleur seinen, le Grand Prix de l’Imaginaire 2010 Etonnants Voyageurs, le prix du meilleur seinen aux Japan Expo Awards 2010…). Cela se comprend très bien car le sujet évoqué est d’une grande modernité qui interroge nos sociétés. Est-ce que cela semble si absurde que l’on autorise l’Etat à choisir au hasard (à voir) des jeunes à mourir pour réguler la population et l’inciter à profiter du moment favorisant la croissance économique tout en réduisant les suicides, les manifestations ? Faut-il menacer la vie pour qu’elle trouve un sens ? Dire que tuer un enfant sur 1 000 ce n’est pas beaucoup mais si l’on donne un chiffre plus concret, c’est une autre réalité qui apparaît. Ainsi en France en 2019, 753 enfants devraient mourir. Est-ce que cela ferait réagir la société ? Quelque chose me dit que non. Qu’est-ce le poids d’une vie pour l’intérêt commun ? Quand contrôle et peur deviennent les leitmotiv d’une société, le rêve, l’espoir et la créativité ont tendance à disparaître. D’ailleurs, toute rébellion telle qu’elle soit est réprimandée. Il y a de l’humanité tout de même dans cela car vous recevrez une carte remise par un fonctionnaire : dans 24h00 tu vas mourir. Comment accepter cette fatalité et que faire de ce temps devenu si précieux ?

Un récit d’anticipation qui glace le sang car il flirte avec une réalité pas si improbable. On entre en empathie aussi bien avec ce jeune fonctionnaire qui débute comme distributeur de préavis de mort. Il doit avoir une signature de bonne réception du document après avoir annoncé la funeste nouvelle tout en restant pro. Comment ne pas être affecté face à ce désespoir ? Tout comme ces habitants, connaissant la probabilité de leur mort et qui doivent affronter la nouvelle. Comment réagirions-nous face à cela ou à la mort programmée d’un proche ? Le parallèle avec notre société est difficile à ne pas imaginer. C’est pourquoi ce premier tome ne nous laisse pas de marbre. Il nous incite à nous interroger surtout en une période de pandémie. Une certitude la lecture de ce manga va se poursuivre pour connaître le dénouement.

Un manga d’anticipation choc qui met les méninges en fonctionnement. Mourir jeune est-il la solution pour une société plus en paix ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s