Tant pis pour l’amour. Ou comment j’ai survécu à un manipulateur – Sophie Lambda

On peut croiser le regard de quelqu’un et être persuadé que c’est l’homme de notre vie. Sophie l’avait cru en rencontrant Marcus. Mais la période de bonheur a été de courte durée.

Sophie faisait des illustrations pendant ces études. Lors d’une soirée, elle entraperçoit Marcus qui lui fait forte impression. Quelques mois plus tard, ils se rencontrent par hasard et à partir de ce jour, un lien unique se créé entre eux. Au début, c’était juste des messages innocents. Puis ça a été un we jusqu’à aménager tous les deux. Ils avaient besoin l’un de l’autre. Tout avait l’air d’une belle et magnifique idylle. Mais était bien évidement trop beau. Au début, c’était juste des remarques pour qu’il voit moins ces copines. Des demandes pour qu’elle ne publie aucune photo de couple sur les réseaux sociaux alors qu’il s’affichait avec d’autres femmes. Puis se sont devenus des hurlements, des cris, des reproches perpétuels sur des choses complètement fausses. La chute du petit nuage de bonheur est rude. Est-ce qu’elle commence à être folle ? Est-ce elle qui le rend ainsi ?

La déprime et le mal-être deviennent des compagnes d’infortune. Pour ne pas sombrer plus profondément une seule solution : rompre. Mais la souffrance est là car elle se retrouve face à une incompréhension. Il faut qu’elle se fasse aider et fait la démarche d’une psy. Elle l’écoute, la conseille et lui propose la lecture d’un livre, « Les manipulateurs et l’amour ». « Douloureusement, ce premier livre m’apprenait quelque chose de vital… Marcus semblait être…  un authentique manipulateur ». A partir de ce constat, une nouvelle page dans la quête d’entité s’écrit. Il faut comprendre pour se reconstruire, avancer et de nouveau faire confiance. Un parcours du combattant long, difficile et douloureux. Maintenant la douleur a pris vie sous forme de dessins et la libération a été plus belle. Demain sera plus serein.

Pour sa première bd, Sophie Lambda a choisi de partager une expérience vécue. Elle a aimé un manipulateur narcissique. On parle depuis peu de ces êtres qui aiment manipuler aussi bien en amour qu’au travail et qui font souffrir. Les ouvrages et les articles aussi bien dans la presse généraliste que spécialiste pullulent. Cette souffrance existe vraiment et elle porte plusieurs noms. Sophie a aimé, trop vite, trop fort un homme qui lui s’aimait vraiment beaucoup trop. Elle raconte avec beaucoup d’humour cette aventure très douloureuse. D’ailleurs, l’histoire elle est racontée en binôme avec son ours en peluche alcoolique. Une distanciation qui permet d’avoir un autre regard, moins dans l’émotion. Une façon de montrer qu’une partie de l’enfant naïf, innocent en soi a disparu. Un peu comme si c’était l’esprit qui échangeait avec le cœur. Souci de perception des évènements.

Elle veut témoigner pour aider des femmes qui sont ou ont été dans leur situation. D’ailleurs, à la fin de l’ouvrage vous trouverez des contacts (sur Paris) pour les personnes qui ont besoin d’être aidé suite à des maltraitances. Ce portrait intimiste montre à quel point ces agressions morales qui peuvent être aussi physique altèrent la personne et lui font perdre toute estime et respect de soi. Comment se projeter dans l’avenir ? Quand elle rencontre l’ex de son ex, elle peut lui poser toutes les questions qui la turlupinent. Elle n’est pas folle. C’est lui qui est dangereux. Elle portera aussi la bonne parole quand elle rencontrera la fille avec laquelle il sortira après. Il faut mettre des mots, partager, écouter l’autre. L’ambiance générale de la bd semble légère mais c’est pour mieux faire accepter le poids pesant du sujet. Du côté graphisme, c’est rond, chaleureux et ça pétille de vie. On est entre le trait de Margaux Motin et Aurélie Neyret. Un graphisme réaliste et positif qui est utilisé pour illustrer le quotidien mais aussi les allégories avec des phoques victimes ou une méduse stoïque. Elle explore son art pour rendre compréhensible les dangers des manipulateurs.

Vous l’aurez compris, un livre à offrir impérativement à offrir à un quelqu’un de votre entourage qui serait sous l’emprise d’un individu violent psychiquement et/ou physiquement. Un témoignage qui saura vous faire réfléchir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s