Delacroix – Alexandre Dumas et Catherine Meurisse

Catherine Meurisse poursuit sa plongé dans le monde de l’art à travers deux artistes. Nous avons d’un côté la causerie d’Alexandre Dumas et de l’autre les œuvres d’Eugène Delacroix. Savez-vous ce qui relie les deux hommes ?

L’art, elle adore ça. Catherine Meurisse après avoir nous avoir fait passer au-dessus du « Pont des arts » en 2012 avec Paul Cézanne, Pablo Picasso, Emile Zola… Puis la « Moderne Olympia » en 2014 avec la fameuse Olympia d’Edouard Manet. Elle reprend ces pinceaux pour nous emmener à la rencontre d’Eugène Delacroix. Pas à travers son regard d’illustratrice mais en prenant un hommage écrit rendu par Alexandre Dumas. Un discours que l’auteur a lu face à un public avec autour d’eux les œuvres du peintre tant aimé. Un premier travaille avait débuté en 2005 publié chez Drozophile fait dans le cadre de son diplôme des Arts Déco. Le temps passe et l’expérience aussi devient plus importante. L’attraction pour les peintres romantiques comme Delacroix ne l’a jamais quitté. Maintenant, elle a eu le temps de voir les œuvres en vrai et elle peut en donner une autre version, plus riche, plus complète et surtout plus colorée.

Elle a conservé le texte manuscrit de sa belle écriture. Entre les lignes parfois petites illustrations, très dix-neuvièmistes, comme on pouvait en trouver dans la presse de l’époque. Et sur une page entière ou en double page, une interprétation tout en couleur des œuvres du peintre. Elle ne cherche pas à reproduire tel un copiste. Après tout, sa différence à lui se montrait dans la couleur alors pourquoi ne pas lui rendre hommage à travers ça. Les quelques esquisses comme on peut voir sur la couverture permettent de voir les œuvres. Catherine Meurisse conserve son style graphique qui est une sorte de mélange entre Sempé et Claire Bretécher. Tout comme sa folie personnelle qui donne ce côté à la fois singulier, intriguant et captivant.

C’est ça qui rend ses créations uniques et que l’on a envie de suivre les réalisations de cette artiste très talentueuse. Elle n’oublie jamais d’y inclure de l’humour. Cela tombe bien puisqu’Alexandre Dumas en possède aussi. La bd commence avec la description de Delacroix ainsi : « À trois ans, il avait été pendu, brûlé, noyé, empoisonné, étranglé ». Des faits réels qui ne peuvent que nous inciter à sourire. Nous voilà mis en bonne condition pour poursuivre la lecture. Les pages se tournent avec délectation, curiosité et intérêt. On a envie de voir les peintures dans les musées ou églises de Delacroix ainsi que de ces amis et détracteur, de lire la presse d’époque, de connaître plus d’informations croustillantes, de savoir comment se passer les Salons… Notre envie de savoir est titillée. A la suite de combien de bd souhaitez-vous poursuivre votre découverte ? C’est assez rare. Comme Catherine Meurisse qui sait nous émerveiller et nous toucher tout en nous faisant rire à chaque lecture. Qu’attendez-vous pour chevauchez les œuvres d’un autre temps à travers le regard d’un célèbre auteur ?

Un voyage historique qui saura vous séduire et vous intriguer. Ne passez pas à côté de cette pépite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s