Animal Lecteur – Tome 4 – Le jour le Pilon – Sergio Salma et Libon

Ce n’est pas toujours facile la vie d’un livre. Si un lecteur n’est pas séduit par lui, il finit écrasé, détruit. Et avez-vous pensé à ce que peut ressentir l’auteur?

« Un album pilonné, pour un auteur, c’est un drame. » Alors pour le préserver, il faut éviter tous les mots ou expressions pouvant signifier destruction, hachoir ou réduction en petits bouts. Il faut savoir ménager les créateurs. Même quand ils sont morts, il faut faire attention. Les lapsus sont vite faits entre pilonner et incinérer. Par chance, la vie d’un livre ne s’arrête pas à ça. Ce n’est pas notre libraire bd préféré qui dira le contraire. Surtout quand il voit le nombre de bd qui arrive chez lui. Plus de quantité que de place, c’est un circuit sans fin. Et quand un grand magasin ouvre à proximité qui vend plus de choix que lui, quel avenir possible demain? Les clients fidèles vont-ils suffire? Peut-être qu’ils ont de bonnes idées à prendre en face, cela ne coûte rien d’aller jeter un coup d’oeil. Les surprises sur place vont être de taille surtout quand on croise un habitué ou que l’on devient le 10 000ème client qui gagne son poids en bd. Il ne faut pas se démoraliser pour autant. Son métier, il l’aime, ainsi il se déguise dans divers personnages comme Obélix, Lucien ou Gros dégueulasse de Reiser. Pour le dernier, il semblerait que cela ne soit pas volontaire. Les coups de blues sont récurrents car la surcharge de travail n’arrête pas. Heureusement que la lecture de bulle ça redonne le moral.

Quel plaisir de retrouver notre cher libraire de « Bd Boutik ». Il ne connaît jamais de moment de répit entre les nouveautés qui n’arrêtent pas d’arriver et les clients avec des demandes étranges. Tous les ingrédients sont là pour nous faire rire ou sourire. Qui n’a jamais entendu un libraire se plaindre que son travail consiste majoritaire à faire de la manutention? Les bd n’ont même plus le temps de trouver leur public. Au bout d’une semaine, les voilà reléguer dans un carton avec un retour à l’envoyeur. Surtout que beaucoup de lecteurs veulent les suites des séries qu’ils connaissent ou la nouvelle création d’un auteur phare. Alors comment peuvent se démarquer les petits nouveaux? Le libraire conseil parfois fait la différence. Les gags ne manquent pas et nous permettent de garder le sourire page après page. La bd se différencie grâce à son sujet sur le quotidien d’un libraire bd et son format A4 vertical qui sort du lot. Grâce à ça, on la voit mieux que les autres et cela attire notre regard. Le duo Sergio Salma et Libon fonctionne et sait se renouveler malgré les thématiques récurrentes. Même s’ils aiment mettre en boîte le monde des bulles, les mangas commencent à avoir plus de place. Même le maître, Osamu Tezuka est évoqué. Il n’y en a pas que pour Peyo, Joann Sfar, Van Hamme, Arleston… En tout cas, un bon moment de lecture qui ne demande qu’à être réitérée.

Une nouvelle fois notre libraire bd préféré a su nous faire rire.

2 réflexions sur “Animal Lecteur – Tome 4 – Le jour le Pilon – Sergio Salma et Libon

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel – Mai 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s