Garçon ou fille – Terence Blacker

Sam vient de perdre sa mère et son père est en vadrouille. Sa tante vient de Londres le chercher pour lui proposer de faire partie d’une nouvelle famille. Tout va t’il bien se passer?

Le tout jeune Sam doit enterrer sa mère. Son père, Crash, lui est soit en prison ou soit sur un coup tordu. Bref, il brille par son absence. Mme Burton vient de Londres pour dire un dernier adieu à sa soeur et prendre sous son aile son neveu. Ce jeune garçon de 13 ans possède un sacré caractère. Il va falloir beaucoup de patience pour qu’il s’adapte à un nouveau pays puis à un nouveau rythme de vie. Très vite, Matthew comprend que son cousin va lui causer des problèmes. Sa vulgarité, son agressivité effraient toute la famille Burton. Mais il va falloir faire preuve de patience et de bienveillance car il vit une situation difficile. Matthew l’intègre à sa bande de potes malheureusement cela va tourner à une bagarre. Maintenant il a créé une fracture. Cependant il veut réparer et est prêt à tout pour ça. Prêt à tout, vraiment? Une information qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Pour la peine, il va devoir aller faire la rentrée des classes habillé en fille. Son but : espionner les filles du clan des trois garces pour se venger de leur dénonciation. Sauf que l’opération Samantha prend une autre tournure. Sam se prend au jeu et est surpris des sujets de conversations des filles. Elles parlent ouvertement de leur sentiment, de ce qu’elles ressentent. Une nouveauté pour lui et il apprécie cela. D’ailleurs son comportement change progressivement et il apprend à écouter. Il va même conseiller un de ces potes qui n’osait pas mettre des mots sur son mal-être. Tout se passait relativement bien jusqu’à l’arrivée du père de Sam. On lui a dit que s’il récupère l’enfant, il gagnera un gros pactole. Le travestissement est prolongé pour le protéger de ce père si peu aimant. La colère et le besoin de s’exprimer vont permettre de la libérer. Un nouvel avenir va alors s’ouvrir à lui.

J’ai été attirée par cette couverture avec le personnage d’un garçon avec une jupe dessinée et ce titre « Garçon ou fille ». Je m’attendais à une histoire de recherche d’identité sexuel. A la pré-adolescence, certains se posent la question de leur orientation. L’école n’est pas le lieu de la tolérance et de l’écoute. Bien au contraire, c’est un lieu de guerre où règne le dogme de la normalité. Ici règne la loi du plus fort, du plus beau et du plus riche. Cela tombe bien car Terence Blacker a choisi un autre angle d’attaque. Un garçon s’habille en fille pour répondre à un défi. Montrer que l’égo d’un garçon est prêt à tout pour montrer qu’il est le plus fort. N’y voyez aucune réflexion sur la construction de son identité. Et l’évocation de l’homosexualité ne peut qu’être problématique. Lui, il préfère opposer les filles et les garçons. Les filles parlent de leurs émotions et qui sont rivales entre elles. Les garçons qui ne parlent jamais de ce qu’ils ressentent et préfèrent partager des moments sportifs, virils. Sam prend des éléments de deux côtés et se rend compte de l’importance de parler de ce qui nous pose problème. L’auteur aborde d’autres sujets comme la construction d’une famille, qu’un couple ce n’est pas forcément un papa et une maman, qu’un papa à le droit d’aimer être un homme au foyer, qu’aucune famille n’est identique car chacune à son histoire. La force du roman est sa structure car l’histoire nous est racontée au fur et à mesure par l’ensemble des personnages. Les points de vue de la famille Burton succèdent à ceux d’adolescents en passant par le policier négligeant ou le père gangster. Cela permet de créer une certaine dynamique qui incite à tourner les pages. Mais la déception se fait sentir tout de même car à aucun cas la fin est surprenante. Une situation dérape et la vérité est exposée aux yeux de tous. On se croirait dans les films adolescents sur Netflix où il manque cruellement de vraisemblance, d’authenticité. Tout arrive vite et on sait ce qui va se passer. Devait-on vraiment finir sur un happy end un peu niais? Je crois que l’on aurait pu pousser l’aspect psychologique et dépasser un peu les clichés. Les enfants de 10 ans peuvent aussi voir le monde avec plus de nuance que l’uniformité.

Une lecture en demi-teinte car je l’aurais cru plus audacieux. Toutefois, on passe un gentil moment de lecture qui prête plus à sourire que se creuser les méninges.

L’avis de MaLecturothèque : « D’ailleurs, parlons-en de cette fin : tout est bien qui fini super méga TROP bien. Aucune demi-mesure, pas de nuance : ça ne pouvait pas se finir mal, donc il fallait que ce soit parfait, semble-t-il. Je n’en revenais pas ! Jusqu’aux dernières pages je me suis demandé comment ça allait se finir, en règlement de compte ou l’amiable, devant les tribunaux… Non. »

7 réflexions sur “Garçon ou fille – Terence Blacker

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s