Taqawan – Eric Plamondon

Que diriez-vous le temps d’une respiration suivre le chemin d’un saumon? Il remonte une route qui le guide à son lieu de naissance. Ce trajet sera t’il de toute tranquillité?

Le Taqawan est le nom Mi’gmaq que possède le fameux saumon. Un poisson au combien utile pour la survie des autochtones. Il va être le point d’entrée du récit, celui d’un conflit violent, sanguinolent dans les années 80 qui opposent deux entités de l’état et les indiens. Tout est prétexte à se faire une guerre interne qu’importe les victimes. Les morts, les blessés, les destructions n’entrent pas en compte sauf si elles peuvent servir la police. Les droits doivent-ils être toujours bafoués en faveur des plus riches? « il faut se méfier des mots. Quel monde pour un peuple qu’on traite de sauvages durant quatre siècles ? « 

Eric Plamondon s’inspire de faits réels pour nous plonger au coeur d’une fiction cinglante et bien sombre. A travers des courts chapitres, il trace une toile de la culture canadienne dans la complexité de son rapport à son l’histoire et son rapport au pouvoir. Il ne faut pas oublier que se sont les gagnants qui écrivent l’Histoire et donc ils peuvent se permettre de mentir, de trafiquer les faits. La voix de ceux qui vont dénoncer les supercheries restera moindre. Mais parfois des documentaires donnent un autre regard et des vocations peuvent naître comme devenir avocat pour défendre les siens pour être sur le plan d’égalité que les agresseurs. Les strates de la corruption sont parfois très étendues que l’on peut le croire. L’agent ne peut-il pas tout acheter?

On suit quatre personnages  en marge des deux cultures, à travers un fil conducteur avec William, un indien qui a quitté sa réserve, Yves Leclerc, un garde-chasse qui a démissionné suite à l’attaque violence d’une réserve, Caroline, une jeune professeure française et Océane, une indienne qui a été violée par des policiers. Ils vont devoir affronter l’égoïsme, la cruauté, la lâcheté de l’Homme pour essayer de s’en sortir. Mais cela ne donne pas confiance en des meilleurs lendemains comme les racines sont pourries et influencer par l’argent. L’auteur veut finir sur une note d’espoir cependant elle ne compense pas la souffrance transmise à travers les pages.

Un livre qui saura vous toucher et vous poser des questions sur votre nation. Tenterez-vous l’aventure?

L’avis de Belette : « Une lecture qui ne laisse pas indemne. »

L’avis de Collectif Polar : « Nous souvenir que visiblement les question indien est encore bien vivace de nos jour et que les amérindiens sont toujours les oubliés de notre histoire contemporaine. »

L’avis de Plaisiracultiver : « Avec une multiplicité de points de vue, de perspectives, Eric Plamondon réussit le tour de force d’écrire un roman noir tout en nous parlant de la colonisation du Québec et de l’histoire de la tribu Mi’gmaq. »

L’avis d’Abrideabattue : « Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, le lecteur est invité à aller à la source… des informations et à se faire sa propre opinion. »

L’avis de Pativore : « Un roman fort, beau, passionnant, violent, pas tendre avec les colons anglais, français et leurs gouvernements… »

L’avis de Fairystelphique : « Instructif et à la fois sensible, Eric Plamondon a su m’emporter dans ses filets de pages! »

Prix France-Québec 2018 / Prix des chroniqueurs 2018 -Toulouse Polars du Sud / Honneur 2018 de la Cause littéraire

6 réflexions sur “Taqawan – Eric Plamondon

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 75 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s