Averses turquoises – Kou Yaginuma

Les japonais ne connaissent pas vraiment de tranquillité à ce début de l’ère Edo. La guerre fait rage entre les petites provinces. Les jeunes générations sont formées pour défendre leur honneur. Faut-il mourir pour un bout de terre?

Le sang des victimes abreuvent le sol japonais. Les batailles font rages et beaucoup de jeunes enfants sont adoptés par des nobles. Ces jeunes garçons trouvent des parents aimants et un objectif de vie : défendre l’honneur de leur famille. Ils vont alors dans des dojos pour apprendre à devenir des samouraïs. Rintarô et Fusuke se rencontrent à l’école et sympathisent très vite. Des garçons du village traitent Rintarô de fuyard. Son père a été tué dans le dos ce qui veut qu’il fuyait devant l’horreur? Personne ne sait ce qui s’est passé alors les mauvaises langues se font plaisir. Le jeune garçon de 10 ans ne répond jamais à la provocation. Son ami Fusuke, l’incite à répondre. Les bagarreurs lui promettent la paix s’il badigeonne le nez de la tête décapitée dans la forêt. Mais n’est pas déshonorant pour un futur samouraï? Une fillette change tout. Itô, fillette d’une bonne famille se passionne uniquement pour les arts martiaux. Son statut de fille l’empêche de réaliser tout ce qu’elle souhaite. Cela ne va pas l’arrêter bien au contraire. Si la loi ne lui permet pas alors elle fera changer les textes. Jamais, elle n’abandonne et sa force de persuasion la fait rentrer dans le dojo. Les deux garçons deviennent ces amis suite à quelques mésaventures. Leur lien va très vite se souder autour d’un bon repas. Un bon samouraï ne doit-il pas soutenir ces compères aussi bien dans l’adversité que dans la joie?

Voilà un manga très audacieux autour de l’art des samouraïs pour les enfants. Il parle de la question d’honneur qui est très importante et propre à la culture de ces combattants. D’ailleurs, on verra un homme se faire seppuku dans la foret. Les garçons sont prêts à tout pour rendre hommage à leur famille, à leur nom. N’est pas leur destiné? La question de l’adoption n’est pas tabou puisqu’il est chose normale. L’atout de cette série est la place des filles dans l’ordre de ces combattants hors pair. Elles étaient formées pour protéger la famille et la demeure quand l’homme partait au combat. Mais ces droits et ces libertés restent très réduites. Itô veut prouver également sa valeur et s’entraine durement pour cela. Pourquoi une femme ne pourrait-elle pas aller sur un champ de bataille? Une question qui n’est pas innocent de poser à des jeunes garçons. L’égalité fille/garçon doit être quelque chose de présent sous différents supports. Après on ne peut s’étonner du comportement déplacer d’autant d’hommes si petits on ne leur apprend pas le respect de l’autre. La petite Itô même si elle manque de technique met son enthousiasme et son énergie dans les combats. Aucun des deux garçons ne pourraient remettre en question cela. Maintenant ils sont amis et le resteront pour le reste de leurs aventures. On va les retrouver dans les autres tomes pour des histoires qui promettent de l’adversité et de la solidarité.

Une petite série à lire et à faire lire aux plus jeunes.

2 réflexions sur “Averses turquoises – Kou Yaginuma

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 75 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s