Deux remords de Claude Monet – Michel Bernard

Que diriez-vous de faire un voyage dans le temps à la rencontre Claude Monet ? Vous découvrirez les inspirations, les rencontres, les amitiés des artistes de cette époque. L’art prendre vie sous votre regard avide d’en savoir plus.

Michel Bernard est un passionné. Pour lui, un artiste n’est pas un simple nom en dessous d’une toile dans un musée. Derrière le nom Claude Monet se cache un homme fougueux et au tempérament fort. Pour permettre à chacun de le découvrir, l’auteur décide de se lancer dans l’écriture d’un roman où la vérité rencontre légèrement la fiction. Une façon de donner vie à des êtres dont on oublie qu’ils ont eu une vie pleine de remous et de tumultes. Derrières les toiles se cachent des histoires d’amour, de passion, d’amitié qui influencent leur création. Armé d’une plume enthousiaste et entraînante, il nous embarque dans un récit passionnant qui se lit avec plaisir et avidité. Mais attention, après que vous vous serez plongé dans le roman, vous ne verrez plus une toile de Monet, Bazille, Manet, Renoir… de la même façon.

Claude Monet a toujours été un artiste. Une définition qui lui permettait de vivre un peu en dehors des normes de la société. Il vivait avec son modèle, Camille, qu’il aime sincèrement. Après la naissance de leur premier enfant, il l’épouse. Elle est son guide, son phare, apaisant parfois ces doutes et lui insufflant de l’espoir. La misère, ils l’ont bien connus. Puis quand le succès commence à pointer le bout de son nez, le niveau de vie change radicalement quitte à vivre un peu au-dessus de ces moyens. Mais jamais on n’oublie les amis surtout ceux qui étaient là quand tout allait mal. Le peintre Frédéric Bazille fait parti de ces amis exceptionnels. Dès qu’il avait un peu d’argent, il aidait les autres avec exaltation. Il croyait en eux. Mais la guerre a eu raison de cet homme bon et généreux. Sa mort a laissé des blessures profondes à ceux qui l’aimaient sincèrement. D’ailleurs si son nom ne vous évoque rien, vous pourrez découvrir quelques toiles au musée d’Orsay pas très loin de celles de Monet.

L’Histoire s’écrit également en fond avec les guerres de 1870, 1914 et les révoltes jusqu’aux années 1920. Une période où les morts et les blessés marquent les esprits. « La force, la cohésion et la jeunesse, deux battements de cœur après, la solitude et la détresse. » Une nouvelle société doit se construire et elle ne le pourra sans que du sang soit versé. Georges Clémenceau, grand ami de Monet viendra bien souvent lui rendre visite dans son atelier à Giverny. Ensemble, ils partagent des souvenirs et des silences. Parfois, les échanges se veulent plus vifs et dynamiques. Rien d’étonnant pour des hommes aux caractères bien trempés. Ils partagent la perte d’êtres chères et la passion des belles choses. Clemenceau est un très grand admirateur du travail de son ami, Monet. C’est grâce à lui que nous admirons les nymphéas au jardin de l’Orangerie. Une œuvre que le peindre donne pour tous ceux pour tous ceux qui avaient « travaillé et rêvé sur ce morceau de terre, dans cette partie du monde, pour en faire sous le ciel changeant une des plus belles œuvres humaines, le plus beau des jardins ».

Un roman émouvant qui vous fait découvrir l’homme derrière la toile. En un clin d’œil on dévore l’histoire en espérant pouvoir poursuivre notre lecture. La parenthèse enchantée doit se fermer et c’est avec le sourire que l’on termine le roman.

L’avis d’Aumilieudeslivres : « La plume de Michel Bernard se fait aussi pinceau et offre au lecteur un regard éclairé et romanesque sur l’histoire des grandes œuvres du peintre. La partie consacrée à Camille est à mon sens la plus intense et lumineuse du texte et rend un hommage pudique et sensible à cette histoire d’amour aussi belle que douloureuse. Une merveilleuse manière de marcher dans les pas d’un homme qui a marqué de son talent l’histoire de l’Art. Et indéniablement, on se plaît infiniment à l’idée que la littérature lui offre à son tour sa palette de mots pour le raconter avec autant de talent et d’émotion. »

2 réflexions sur “Deux remords de Claude Monet – Michel Bernard

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel mai/juin/juillet 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s