Des nouvelles du monde – Paulette Jiles

Que diriez de monter dans une carriole pour traverser les Etats-Unis. Vous sentez vous prêt à affronter les bandits des grands chemins, les indiens, les catastrophes naturelles ? Alors montez aux côtés de capitaine Kidd.

Si je vous évoque le genre western, on peut penser à Lucky Luke, Clint Eastwood ou True Grit. Pour ma part, cela me rappelle des mauvais souvenirs de lecture avec le lieutenant Blueberry. Mais Xavier Dorison et Ralph Meyer sont passés par là avec leur excellente série « Undertaker » et me voilà réconcilier avec le genre. Comme signe de paix, rien de tel qu’une plongé dans l’Amérique de 1870. Un pays en plein chaos où des politiques se tirent la bourre pour avoir le pouvoir total et s’enrichir. Pendant ce temps, certains en profitent pour faire leurs lois. La quiétude n’est qu’une douce utopie. Le capitaine Kidd le sait bien. Il a connu deux guerres et ce n’était pas beau à voir. Depuis, il a tout perdu et va de ville en ville pour lire des articles de presse. Les informations ne circulent pas encore et la plupart de la population est analphabète. 10cts par personne pour assister à ces lectures. Il n’a qu’une règle, il ne lit pas les articles sur les parties politiques pour éviter toutes altercations.

Il menait sa vie tranquillement, âgé de ces 72 ans. Jusqu’au moment où on lui demande un grand service. Il faut emmener la jeune Johanna Leonberger à San Antonio. Quatre ans plus tôt, la jeune fille a été témoins du meurtre de ces parents et de sa sœur par les indiens Kiowas. Ces derniers l’ont enlevé et élevé comme l’une des leurs. Maintenant, c’est une sorte de chat sauvage qui n’a plus de racine. Comme c’est un homme d’honneur ce capitaine Kidd il accepte cette mission très périlleuse. Les dangers sur la route sont nombreux. Très vite, ils vont essuyer une attaque qui a failli lui être fatale. Heureusement que la fillette de 10 ans à de la suite dans les idées. Un lien doucement se tisse entre eux doucement. Et au fur et à mesure que le point d’arrivée approche une boule au ventre touche ce vielle homme.

Paulette Jiles trouve les mots juste pour nous mettre au plus proche de ces personnages. Très vite, on s’attache à ce vieux capitaine de l’armée qui n’avait plus que la solitude pour compagnie. Puis cette jeune fille qui dû faire face à la perte de sa première famille puis celle de la seconde qui l’a vendu pour des breloques. Une entrée dans la vie des plus compliquée surtout qu’elle est plongée dans une société qui se modernise. Un vrai choc des civilisations et des mentalités. On les accompagne avec plaisir dans ce trajet aventureux et palpitant où la bienveillance et l’écoute sont les maîtres mots. Ni la nature sauvage, ni la cruauté des hommes n’ont pu se mettre sur leur chemin. Et c’est l’amour et cette bienveillance qui les fera se retrouver pour constituer un duo attachant.

Sous la poussière de désert, entre les cadavres et les vengeances, se cachent des gens pleins d’espoir pour des lendemains meilleurs et plus justes. Alors si vous voyez une affiche du capitaine Kidd allez assister à sa lecture, il vous fera voyager loin.

L’avis de Belette : « Un roman fort, émouvant, profond, merveilleux, des personnages qu’on a du mal à quitter et un récit porté par une plume magnifique. »

L’avis de Dealerdelignes : « Un roman fascinant, raffiné, intense, rempli d’humanité planté dans un décor du Texas du dix-neuvième siècle, magnifié par une belle plume poétique. »

L’avis de Folavrilivres : « Un roman sublime qui nous propulse dans le temps ; nous parcourons avec Cho-Ena et Kepten les plaines plus ou moins sauvages du Texas à la fin du XIXème siècle, en proie aux conflits avec les tribus indiennes. Un western au rythme palpitant et aux personnages forts et attachants. »

L’avis ChezlechatdeCheshire : « Paulette Jiles va décrire avec brio la relation entre le capitaine Kidd et Johanna. Malgré des débuts difficiles, le capitaine Kidd va finir par apprivoiser cette fillette, et une relation très complice va se nouer entre ces deux personnes très différentes. Le lien qui se tisse est fort, bouleversant, vraiment touchant ! Je ne me suis pas ennuyée un seul instant avec Des nouvelles du monde, tout est réussit. Que ce soit le contexte, la période historique, les personnages… Tout ! »

2 réflexions sur “Des nouvelles du monde – Paulette Jiles

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel août 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s