Out There – Codex – FibreTigre, Michaël Peiffert et Benjamin Carré

Que diriez-vous de plonger dans une vision du futur? La terre a disparu et une autre vie se développe dans l’univers. La quiétude, la paix et le respect sont-ils de mise?

Les spécialistes l’avaient prédit. La fin du monde sera pour 2050. « Viendra un jour où la dernière s’éteindra, ce jour fatal de la mort thermique, et disparaîtra jusqu’au dernier souvenir de la dernière civilisation ». La date fatidique approche et chaque nation fait le nécessaire pour envoyer dans l’espace des arches. Certaines arches ont disparu et d’autres ont trouvé un endroit où s’encrer. « Au bout de dix mille ans, la mécanique sociétale d’America était bien rodée. C’était un Etat respectueux du travail et des efforts de chacun, où l’on devait gagner sa vie et prier cinq fois par jour ». Une nouvelle vie a repris le dessus avec une grande diversité de races aliennes. Des dieux viennent pour soit donner la richesse à une planète ou soit pour la détruire. Un choix aléatoire qui donne du doute et pousse à la rebellion quelques individus. Un monde complexe de divinités qui donnent lieux à des vengeances et des rivalités. Du chaos va t’il naître une nouvelle paix?

Lorsqu’on commence à lire « Out There », on peut être surpris de la forme. On pourrait s’attendre à trouver des cases, des bulles, une histoires avec des rebondissements. Mais pas du tout car on trouve des illustrations très travaillées et précises sur une ou en double page. On trouve tous les éléments correspondants à l’univers de la science-fiction avec des extraterrestres, des divinités mystérieuses, des mondes parallèles… Sans oublier la palette graphique avec des rouges ardents, des verts mystérieux, des bleus glaciaux…. Au final rien d’étonnant car c’est un livre-ouvrage basé un jeu vidéo crée par FibreTigre et Michaël Peiffert. Un jeu massivement téléchargé et très connu des gamers. Ils vont pouvoir retrouver tout ce qui les a enchanter dans ce monde à travers les illustrations de Benjamin Carré. Et même si on n’est pas un adepte des touches de son clavier, on se laisse porter par les descriptions des galaxies. Les conflits sont des sources inépuisables d’inspiration même dans le fantastique.

Entre humains et aliens, la paix pourrait être possible. Mais quelles histoires resteraient-elles à raconter?

Une réflexion sur “Out There – Codex – FibreTigre, Michaël Peiffert et Benjamin Carré

  1. Pingback: Bilan culturel mai/juin/juillet 2019 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s