Chroniques de Francine R., résistante et déportée – Boris Golzio

Francine fait partie de ces femmes qui ont résisté pendant la guerre. Cet acte lui vaudra avec sa sœur d’être déporté jusqu’au camp de Ravensbrück. La fin de la guerre lui permet d’en sortir vivante. Une raison alors de témoigner jusqu’à son dernier souffle pour que jamais nous ne puissions oublier.

 

Le 6 avril 1944, Francine et sa sœur sont arrêtées par la Gestapo à Pouilly-sous-Charlieu. On va longuement les interroger. Ni l’une, ni l’autre ne va dénoncer quelqu’un du réseau. Avec de nombreuses autres femmes, elles seront parquées dans un train tel des bêtes que l’on emmène à l’abattoir. L’idée n’est pas d’ailleurs totalement fausse puisque tout le monde va être emmené au camp de Ravensbrück. Dans la nuit froide, sur le quai des soldats avec des chiens-loups les attendaient de pied ferme. Pas le temps de réfléchir, il faut suivre les ordres. Toutes celles qui vont lentement ou pas assez vite se prennent des coups. Après il faut se mettre nu devant des allemands avant qu’on leur donne des vêtements à rayure. Elle devra porter maintenant un triangle rouge. Ce n’est que le début des humiliations, des souffrances et du travail forcé qui vont s’éterniser. La vie ne tient qu’à un fil surtout face à l’inhumanité du quotidien. La solidarité entre françaises permettait de tenir. Et parfois des actes de bienveillance comme ces deux hommes qui l’ont aidé sans contrepartie. Elle est en persuadée, elle n’aurait pu survivre sans ce pull mité et ces quelques morceaux de nourritures supplémentaires. L’arrivée de la Croix Blanche suédoise était incroyable. Le calvaire allait prendre fin. Le retour en France à 23 ans, 33 kilos, a pris quelques mois mais quel bonheur de revenir chez soi. Enfin, un nouveau départ va s’ouvrir à elle même si elle ne pourra jamais avoir d’enfant.

Tout à commencer lorsque Francine contacte Boris Golzio en 2000 pour renouer avec les derniers membres de sa famille. C’était la cousine germaine de la grand-mère maternelle. Elle est de passage sur Lyon pour accompagner des collégiens lors d’un voyage thématique sur la résistance et la déportation, alors pourquoi ne pas se rencontrer à cette occasion ? Ils vont plusieurs fois se retrouver ainsi qu’une étudiante en Histoire et vont récolter la mémoire de cette femme. Il a fallu quelques années pour que Boris Golzio se lance dans la restitution de l’histoire de Francine en bande dessinée. 13 mois de travail ont été nécessaire afin d’adapter ces souvenirs à un récit chronologique. Sans oublier le travail de recherche qui a été nécessaire. Il évoquera le courage des résistantes Geneviève De Gaulle-Anthonioz (1920 – 2002), Marie-Claude Vaillant-Couturier (1912 – 1996) et Germaine Tillon (1907 – 2008). Au final, ce long travail donne naissance à un très joli album émouvant. L’auteur a choisi de ne pas faire une histoire débordante d’émotions larmoyantes. Mais il faut le choix de présenter simplement les faits comme ils lui ont été racontés. Les trois couleurs majoritairement utilisées (noir, blanc et gris) mettent une certaine distanciation. Toutefois, on voit quelques touches de couleurs avec ces robes bleue, blanche ou rouge ou la plaque commémorative des anciens déportés, internés et familles de disparus. L’album se termine sur l’enterrement de Francine en 2003. L’auteur conclu avec cette très jolie phrase qui résume tout : « L’Histoire de Francine ne m’a plus quitté. D’elle, il me reste sa voix, son humilité, sa simplicité. Et la conviction qu’il ne faut jamais baisser les bras. »


Une bande dessinée témoignage à mettre entre toutes les mains, d’autant plus de nos jours. Il est important de se souvenir des horreurs commissent pour le peuple et par le peuple au nom d’une certaine image de la liberté.  

 

Une réflexion sur “Chroniques de Francine R., résistante et déportée – Boris Golzio

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s